La sécurité, préoccupation majeure des Tunisiens et Nidaa Tounes toujours en tête des intentions de vote

D’un sondage à l’autre, l’institut d’études 3C Etudes essaye de saisir ce que les Tunisiens perçoivent et comment ils vivent les événements qui secouent le pays à l’échelle politique, économique, sociale et sécuritaire.

Le nouveau sondage, réalisé du 14 au 20 février 2013, après l’assassinat de Chokri Belaïd et peu avant la démission officielle de l’ex-chef du gouvernement, auprès d’un échantillon représentatif de la population tunisienne de 1347 personnes, a fait clairement apparaître une grande insatisfaction quant à la situation sécuritaire dans le pays.

Ainsi, au sujet de la sécurité, devenue préoccupation majeure des Tunisiens suite à la cascade de débordements, 58% des sondés se sont dit insatisfaits de la situation sécuritaire, soit 7 points de plus par rapport au mois dernier.

La prestation du gouvernement démissionnaire n’était pas non plus objet de satisfaction. 61% ne sont pas satisfaits de cette prestation, un taux inchangé par rapport au mois dernier et qui reflète l’écart creusé entre les Tunisiens et leurs dirigeants qui ont échoué à se faire l’écho des attentes populaires.

Le sondage étant élaboré peu avant la démission de Hamadi Jebali et après l’annonce de son initiative, 59% des sondés s’étaient exprimés en faveur de l’initiative de former un gouvernement de technocrates. 22% étaient contre et le reste s’étaient soit abstenus soit ils n’ont pas compris la question.

Toujours selon le même sondage, 50% des interrogés s’étaient prononcés pour le maintien de Hamadi Jebali à la tête du gouvernement.

S’agissant des intentions de vote, Nidaa Tounès demeure en tête des intentions de vote pour les législatives, avec 29,8 %, (- 3,3 points par rapport au dernier sondage), talonné par Ennahdha avec 29,4% des intentions de vote, soit 3,6 points de moins. Le Front populaire, quant à lui, gagne 4,3 points et vient troisième avec 12,2% des voix. L’assassinat du leader de la gauche Chokri Belaid, semble être derrière cet intérêt particulier accordé au Front.

A la question, si des élections présidentielles avaient lieu aujourd’hui, Béji Caïd Essebsi a obtenu 6,8% des voix sondées devant l’ex-chef du gouvernement Hamadi Jebali qui recueille 6% des intentions de vote intégrant ainsi pour la première fois le Top 3 des présidentiables. Moncef Marzouki avec 5% des voix (soit – 2 pt par rapport au mois dernier), vient en troisième position. Toutefois si un second tour l’opposait à Béji Caïd Essebsi, c’est lui qui l’emporterait avec 52,1% des voix contre 47,9% pour BCE.

Le chiffre qui fait le plus parler de lui c’est certainement le nombre de Tunisiens indécis qui a augmenté de 12 points par rapport au mois dernier pour atteindre les 49, 2%. Un chiffre qui en dit long sur les répercussions du flou qui règne sur le paysage politique et sur les intentions des Tunisiens.

Cependant, malgré l’indécision 58% des sondés restent optimistes quant à l’avenir de la Tunisie, contre 23% qui se sont dits pessimistes, 16% ni pessimistes, ni optimistes et 3% qui s’abstiennent de s’exprimer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here