L’universitaire Raja Ben Slama comparaîtra jeudi devant le juge

L’universitaire Raja Ben Slama sera entendue, jeudi 28 février, par le juge d’instruction près le tribunal de première instance de Tunis, suite à la plainte déposée à son encontre par l’élu du Mouvement Ennahdha à l’Assemblée nationale constituante et rapporteur général de la Constitution Habib Khedher.

Habib Khedher avait intenté une action en justice pour “diffamation” contre Raja Ben Slama, suite à ses déclarations, au mois de novembre dernier, sur un plateau d’Hannibal TV, dans lesquelles elle l’avait accusé d’avoir modifié illégalement un article clé (article 26) du projet de Constitution, relatif aux libertés d’expression et d’information, en y introduisant des conditions”.

Mme Ben Slama a affirmé avoir critiqué Habib Khedher pour avoir “modifié la version de l’article 26 après son adoption en y ajoutant des conditions”, soulignant que “la version adoptée par la commission des droits et des libertés ne mentionne aucune condition”.

“Je l’ai également accusé d’abus de confiance” a-t-elle ajouté, précisant que “ce n’est nullement diffamatoire comme l’estime M. Kheder”.

Raja Ben Slama a affirmé être attachée “en tant qu’intellectuelle” à son “droit de critiquer”, soulignant que “la Tunisie a besoin de toutes ses forces vives, y compris les intellectuels, pour défendre la démocratie et le droit d’expression”.

S’indignant de faire l’objet d’un mandat d’amener, l’universitaire s’est déclarée “consternée par les humiliations subies par les intellectuels tunisiens”.

Un mandat d’amener a été émis, le 21 février, à l’encontre de l’universitaire et psychanalyste Raja Ben Slama, professeur de littérature arabe à la Faculté des lettres, des arts et des humanités de la Manouba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here