Harlem Shake sur la sellette

L’Inspection générale administrative et financière relative au ministère de l’Education et de la Formation professionnelle entame,  aujourd’hui, une enquête à l’encontre de la directrice du lycée secondaire Moslem d’El-Menzah, suite à la diffusion d’une vidéo, jugée indécente, montrant des élèves dansant la célèbre danse qui fait le buzz actuellement, Harlem Shake,  dans la cour du lycée précité.

Le ministre de l’Education et de la Formation professionnelle, Abdellatif Abid, n’a pas manqué de réagir : « Dès que nous avons été mis au courant du concert nous avons décidé d’enquêter avec la directrice » car «  elle a accordé sa permission aux élèves d’organiser le concert samedi après- midi sans demander l’avis du ministère ou du délégué régional à l’éducation. », confie-t-il au site arabophone Binaanews.

M. Abdellatif Abid semble très ferme face à ce comportement jugé permissif dans nos établissements scolaires. Il convient de rappeler que la célèbre danse a envahi les établissements universitaires et scolaires dans plusieurs pays.
La décision du ministre a suscité plusieurs réactions sur Facebook tantôt des réactions conservatrices tantôt libérales.

Le célèbre blog Boukornine s’exprime clairement sur la situation : « Le ministre de l’Education qui n’a même pas, semble-t-il, remarqué qu’on avait remplacé à maintes reprises le drapeau national dans des lycées par le drapeau noir d’Ansar Echariâa dans leurs innombrables opérations de prosélytisme, vient de s’indigner du Harlem Shake tourné dans le lycée des Pères blancs… Ils sont prêts à honnir la vie tant que cette position leur permet de garder leurs postes factices et leurs centaines de litres de carburant gratuits par mois. »

On peut aussi y lire d’autres avis, comme celui d’Insaf Machta, maître assistant en littérature française, qui expose sur sa page Facebook un avis plutôt modéré : « Je trouve effectivement que ce genre de flash mob n’a pas sa place dans un lycée (gestes obscènes, nudité) mais je m’étonne de la diligence du ministre de l’Education qui n’a absolument pas réagi quand des rassemblements salafistes ont eu lieu dans un lycée pour embrigader les jeunes et les exhorter au Jihad ! ».

Il convient de rappeler que le parcours d’Abdellatif Abid depuis sa nomination à la tête du ministère a été émaillé d’incidents : au début la fuite des examens du Bac, les invasions successives des salafistes aux lycées afin d’exhorter  les élèves au Jihad, et son échec face à son homologue égyptien pour remporter le titre de secrétaire général de l’Alecso.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here