NIGERIA: « Chasse à l’homme » pour retrouver les otages français

Les forces nigérianes poursuivaient vendredi 22 février la traque des ravisseurs des sept otages français, au moment où des expatriés ont quitté l’extrême nord du Cameroun classé « zone rouge » depuis leur rapt mardi.

Chasse à l’homme

Une « vaste chasse à l’homme » est lancée, a déclaré un porte-parole de la police nigériane, Frank Mba, sans donner davantage de précisions sur les opérations en cours.

Les sept otages français seraient détenus par leurs ravisseurs en deux groupes dans le nord-est du pays. Depuis jeudi 21 février, les forces nigérianes concentrent leurs recherches dans ce secteur, frontalier avec le Cameroun, où la famille a été enlevée mardi.

Zone rouge

Les otages n’ont pas encore été localisés, a toutefois souligné une source sécuritaire nigériane.

Selon l’agence AFP, des gendarmes et militaires français sont arrivés mardi au Cameroun pour aider à l’enquête, « en accord et en étroite coordination avec la police camerounaise », selon le ministère français de la Défense.

Au même moment, des expatriés, notamment français, ont commencé à quitter l’extrême-nord du Cameroun classée « zone rouge », après l’enlèvement des sept ressortissants français, dont quatre enfants.

Après la qualification de la région comme « zone rouge », la ministère français des Affaires étrangères français a appelé « les ressortissants français qui se trouveraient actuellement dans l’extrême nord du Cameroun » à « impérativement se mettre en lieu sûr et quitter la zone au plus vite ».

Une frontière « poreuse »

Les sept Français enlevés – une famille avec quatre enfants âgés de 5 à 12 ans accompagnée d’un oncle – ont été enlevés mardi dans le nord du Cameroun, où ils faisaient une excursion en 4X4 dans le parc naturel de Waza.

Selon les autorités camerounaises, les ravisseurs les ont emmenés ensuite au Nigeria, dont la frontière est toute proche. Dans cette région, les frontières sont poreuses entre le Cameroun, le Nigeria, le Tchad et le Niger.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here