Mohsen Dâdaâ : Les démissions de LPR sont ordinaires

Violence, meurtre et tapage médiatique. La Ligue nationale pour la protection de la révolution( LNPR) suscite depuis son fondement la polémique autour d’elle. Aujourd’hui,  le bureau exécutif de la LNPR a tenu une conférence de presse  à El Mechtel afin de s’expliquer sur un certain nombre de points et se justifier sa création.

M. Mounir Ajroudi,  président du bureau exécutif de la LNPR,  a entamé la séance en saluant les journalistes qui «  sont venus pour éclairer l’opinion publique sur notre ligue ». Le président accorde toute la légitimité à la création de cet établissement puisqu’il a été «  créé suite à l’initiative du peuple tunisien révolté », déclare-t-il.

M. Ajroudi dément toute appartenance de la ligue à aucun parti en avançant que ses membres appartiennent à plusieurs partis politiques confondus.

« Nous comptons continuer nos activités et nos actions et bien entendu, La ligue ne sera pas dissoute », affirme-t-il sur un ton péremptoire.

À la lecture du communiqué de condamnation du meurtre de Chokri Belaïd, il a affirmé que le meurtrier du martyr ne peut être qu’un contre-révolutionnaire et qu’il a visé l’unité du pays.   Puis ce fut le tour  de Mohamed Daâdaa, secrétaire général de la LNPR. Il a déclaré, au cours de son intervention, que la ligue condamne toute forme de violence d’où qu’elle vienne ainsi que l’incitation à la haine. A preuve, lorsque les locaux de Sousse ont été pillés le 6 février dernier, les membres de la LNPR de Sousse n’ont pas répliqué afin que la violence ne dégénère pas.

Concernant une question relative aux démissions de quelques membres de la ligue et à la dissolution de certaines représentations régionales,  le secrétaire général s’est expliqué : «  Il s’agit de démissions ordinaires. D’ailleurs dans toutes les associations, il arrive que des membres présentent leur démission pour une raison ou une autre. L’un de nos membres a présenté sa démission parce qu’il veut se consacrer entièrement à des activités politiques ». Confiant et calme à la fois, il continue : « La ligue Nationale de Protection de La Révolution est encore debout et un congrès national sera organisé afin de restructurer le bureau exécutif. » En réponse à une question qui porte sur les sources de financement, l’intervenant avance que : « Notre source principale de financement sont les cotisations de nos adhérents et nous comptons sur nos propre moyens (autofinancement). Avant d’ajouter : notre compte est déjà vide ».

Quant à Tarek Bel Azouz, membre du comité fondateur de la ligue, il a déclaré que  « Quelques membres sont pareils à des électrons libres, c’est vrai qu’ils ont des antécédents judicaire mais on ne peut pas les empêcher de s’engager dans le parcours révolutionnaire même si nous faisons de notre mieux pour les encadrer ». Il s’est en outre attaqué à Houssine Abbassi : « Comment se fait-il qu’il négocie la dissolution de la ligue avec le gouvernement ? Il  ferait mieux de négocier les augmentations de salaires ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here