Les boissons light augmenteraient le risque de diabète

Encore une étude qui jette le doute sur l’innocuité des édulcorants artificiels. Une équipe de chercheurs de l’Inserm (Institut national de la Santé et de la Recherche Médicale ) a établi un lien entre consommation régulière de boissons light et survenue de diabète de type 2,  dans un rapport récemment  publié en ligne dans la revue «  Journal of Clinical Nutrition ».

L’étude réalisée en France, a porté sur 66.118 femmes suivies sur une durée totale de 14 ans, durant laquelle 1369 nouveaux cas de diabète de type 2 ont été diagnostiqués. Les données ont été recueillies par auto questionnaire sur le mode de vie des participantes et l’évolution de leur état de santé.

Compte tenu du fait que les boissons light sont habituellement considérées et commercialisées, comme étant meilleure pour la santé que les boissons sucrées, les chercheurs ont d’abord noté que la consommation moyenne boissons light est plus élevée (estimée à 568 mL/semaine) que celle de boissons sucrées normales (328 mL/ semaine).

De manière globale l’étude a montré que par rapport aux femmes qui ne pas consomment pas ce type de  boissons, le risque de diabète pour les consommatrices de boissons sucrée normales et de boissons light est multiplié par 1,34 et 2,21 respectivement.

De plus comparé aux boissons sucrées normales, le risque augmente avec le niveau de consommation de boissons light. En effet, à quantité égale consommée, le risque d’apparition d’un diabète pour les consommatrices de boisson light est de 15% supérieur pour une consommation de 0,5 L/semaine et de 59% supérieur pour 1,5 L/semaine.

La question des édulcorants artificiels a fait l’objet de plusieurs études dans le passé. Bien que le mécanisme métabolique ne soit pas connu avec certitude jusqu’à présent quelques éléments pourraient expliquer les résultats obtenus.

Une consommation élevée de boissons light est susceptible d’entraîner une préférence pour les aliments sucrés ainsi qu’une augmentation de l’appétit. De plus, l’aspartame édulcorant le plus utilisé dans la fabrication des boissons light, entraîne des réactions physiologiques similaires à celles engendrées par le sucrose présent dans les boissons sucrées normales, en augmentant la concentration en glucose et en insuline.

Les pics d’insuline à répétition quant à eux, peuvent engendrer une insulino-résistance, génératrice de diabète.

Le risque de diabète étant plus élevé lorsqu’il s’agit de boissons light que de boissons sucrées normales, les auteurs en concluent qu’ « un principe de précaution pourrait être appliqué à la promotion de boissons sucrées artificiellement », de quoi réfléchir à deux fois avant de se lancer dans le « light ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here