Line Bobillo : « Les gérants des stations-service sont les premières victimes du marché parallèle »

A l’occasion du lancement de la campagne « Confiance » de Total Tunisie, l’Economiste Maghrébin a rencontré Line Bobillo, directrice générale de Total Tunisie, pour l’interroger sur les augmentations des prix des hydrocarbures, l’impact du commerce parallèle sur l’activité de Total Tunisie et sa stratégie pour faire face à la régression des marges des stations –service.

Comment d’après vous la prochaine augmentation des prix à la pompe sera-t-elle perçue par les automobilistes ?

L’augmentation des prix n’est jamais perçue par les consommateurs d’une très bonne manière. Les prix des produits pétroliers en Tunisie dépendent  de prix internationaux qui flambent. Il est tout à fait donc logique que les prix à la pompe augmentent aussi.

La contrebande des hydrocarbures prend de plus en plus de l’ampleur et gagne du terrain. Quel est l’impact de ce phénomène sur votre activité ?

Le marché parallèle a un grand impact sur tous les acteurs. Les premières victimes du marché parallèle sont les gérants des stations-service. Ils ont vu leur chiffre d’affaires et leurs bénéfices diminuer d’une manière très significative. Plusieurs gérants  de stations Total et autres dans certaines régions ont dû fermer  à cause de la contrebande des hydrocarbures. Ces produits sont manipulés d’une façon très précaire. Les risques et dangers induits par ces produits sur l’environnement et la sécurité des personnes sont considérables.

Avez-vous un problème de marge ?

La marge est fixée par l’Etat. Nos revenus ont diminué. Le marché parallèle représente entre 15 et 20% du marché tunisien des hydrocarbures. C’est un manque à gagner pour nos gérants. Pour faire face à la régression de nos marges, on a mis en place toute une stratégie de développement de l’activité de nos boutiques, de la vidange et de lavage autour de la vente des hydrocarbures.


marché-parallele

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here