Semaine du 11 au 15 février 2013

La moitié pleine du verre

Deux ans après la révolution, l’économie tunisienne est à nouveau déstabilisée par les tensions politiques. Les retombées de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd font toujours la une et ne font que plonger le pays, et donc la Place de Tunis, dans une crise sans précédent dont l’issue est incertaine. Dix jours après l’annonce surprise de l’initiative du Chef du gouvernement de former un gouvernement de compétences nationales, les Tunisiens ne voient rien venir. Après plusieurs entretiens avec les leaders des partis politiques, la décision finale a été reportée pour le lundi 18 février. Dans ce contexte, les investisseurs sont restés vexés. Ils risquent gros s’ils gardent leurs positions actuelles, sachant qu’en cas de démission du Premier Ministre, le pays serait dans le flou pour une bonne période. Par contre, si l’initiative d’une équipe gouvernementale technocrate aboutit, le marché repartirait certainement à la hausse, et avec une vitesse de croisière pour quelques journées.

En dépit du chaos politique actuel qui freine le redémarrage de l’économie, les bonnes nouvelles sont présentes. L’Institut National de la Statistique vient de publier son dernier rapport concernant le chômage en Tunisie au titre de l’année 2012. Les derniers chiffres font ressortir une baisse du taux de chômage de l’ordre de 2,2% par rapport 2011. D’autre part, les investissements étrangers durant l’année 2012 ont atteint un niveau encourageant, indique la FIPA, enregistrant un montant de 3,079 MdsDT contre 1,718 MdDT en 2011 et 2,417 MdsDT en 2010, soit une augmentation de 79,2% par rapport à 2011 et de 27,4% par rapport à 2010. Cette évolution est due en grande partie aux opérations de privatisation et d’acquisition (acquisition de 13% du capital de la Banque de Tunisie et de 15% des actions dans le capital de l’opérateur de télécommunications Tunisiana).

De plus, les indicateurs d’activité FY 2012, récemment, publiés, ont été globalement positifs avec une croissance moyenne (simple) des revenus de 12,9% en glissement annuel. Cinquante sociétés ont enregistré une croissance de leurs revenus contre seulement neuf entreprises accusant une baisse de leurs ventes. Du côté des banques, la colonne vertébrale de la Place de Tunis, le PNB des 11 banques cotées en bourse, a enregistré une hausse de 11,2% à fin 2012 pour s’établir à 2,161 MdsDT contre 1,943 MdDT au titre de l’année 2011. Toujours en chef de file, la BIAT a réalisé encore une fois, le PNB le plus élevé, Ce dernier s’est accru de 12,4% pour atteindre un niveau record de l’ordre de 381,303 MDT alors qu’il était de 339,135 DT en 2011. Pour sa part, Amen Bank a réalisé la plus forte hausse parmi ses pairs cotés à hauteur de 26,4% pour s’établir à 216,165 MDT. La BNA et Attijari Bank viennent après avec des progressions respectives de 20,6% à 218,724 MDT et 14,2% à 296,032 MDT. En revanche, les trois sociétés d’investissement cotées en bourse à savoir Placements de Tunisie- SICAF, SPDIT SICAF et Tuninvest- SICAR, ont vu leur activité reculer en 2012, avec un revenu global en fléchissement de 21,9% à 12,791 MDT.

Quant à l’évolution du marché, le titre ASTREE s’est offert la meilleure performance avec une hausse de 10,80% à 69,740 DT, devant SOPTRAPIL (+8,56% à 14,960 DT) et SERVICOM (+7,11% à 18,390 DT). ALKIMIA occupe le bas du tableau avec une baisse de 8,11% à 40,550 DT.

Actualités

UBCI, annulation d’un emprunt obligataire

Ayant jugé inopportun de poursuivre l’émission en cours de son Emprunt Obligataire Subordonné UBCI 2012 (Visa du CMF N° 12–802 du 27 décembre 2012), l’UBCI a, par conséquent, décidé d’annuler ladite émission. L’opportunité d’une nouvelle opération sera examinée ultérieurement.

 TUNISAIR, franchissements de seuils

GLOBAL MENA MICRO FUND COMPANY, de nationalité bahreïnienne, a déclaré avoir franchi à la baisse, le 05 Février 2013, le seuil de 5% du capital de la société TUNISAIR et ce, suite à la cession sur le marché de 5 493 976 actions et droits de vote lui appartenant, représentant 5,17% du capital. En même temps, GIMBAL HOLDING COMPANY SPC, également de nationalité bahreïnienne, a déclaré avoir franchi à la hausse le seuil de 5% du capital de la société TUNISAIR et ce, suite à l’acquisition des mêmes 5 493 976 actions.

Laisser un commentaire