ANC : Echange d’accusations entre l’opposition et les élus d’Ennahdha sur la crise actuelle dans le pays

Les élus de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) ont été unanimes, vendredi 16 février, sur l’impératif de préserver l’unité nationale et de la protéger contre les dangers de la violence politique.

Réunis depuis deux jours en plénière extraordinaire consacrée à l’examen de la crise actuelle dans le pays, les élus ont défendu la légitimité de l’Assemblée nationale constitutionnelle et appelé à fixer un calendrier bien défini pour les prochaines échéances politiques.

Parmi les principales questions abordées lors de cette séance, figure également l’assassinat du leader politique Chokri Belaïd et la décision du chef du gouvernement provisoire de former un “gouvernement de compétences”.

La séance a été marquée par l’échange d’accusations entre l’opposition et les élus d’Ennahdha concernant la lenteur des travaux de l’Assemblée, la propagation de la violence et l’imputation aux médias d’une part de responsabilité dans la crise politique actuelle.

D’autres députés ont souligné l’impératif de mener une enquête transparente sur l’assassinat du secrétaire général du parti des patriotes démocrates unifié Chokri Belaïd.

La séance a été interrompue pour une courte période, quand des députés ont protesté contre l’intervention de l’élu du parti des patriotes démocratiques unifié Mongi Rahoui qui, en critiquant le rendement de l’Assemblée, l’a qualifiée de “dégoûtante” et de “souk pour la vente et l’achat”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here