La Patrie est en danger

Si l’Etat tunisien venait à s’écrouler alors c’en est fini de l’ensemble de ses équilibres socio-économiques. Il faudra compter des années pour les retrouver. Que font nos valeureux ministres et autres partis représentés au sein du gouvernement? Ils en sont encore à poser des conditions.

Le constat d’échec de l’actuel gouvernement est patent et il n’est nullement nécessaire de réflexions poussées pour affirmer, qu’il est, de facto, dans l’incapacité de faire quoi que ce soit de positif pour le pays. Sinon pourquoi ne l’a-t-il pas fait ou même commencé à le faire durant la période écoulée. Héritage d’une situation précédente? Certes oui mais le résultat  est que cette situation ne cesse de s’aggraver. Le matelas financier, dont disposait le pays, fin 2010, est parti en fumée, nous vivons à crédit lequel va nous coûter de plus en plus cher, le chômage a doublé, l’inflation prend l’ascenseur, l’investissement est en panne, l’image du pays est dégradée, le tourisme et l’insécurité n’en parlons plus !

Est-il possible de faire pire? Oui en installant le chaos, dernière étape de démolition des fondamentaux du pays vers lequel nous dirigerait cette équipe.

Faire mieux? Oui le Chef du gouvernement a raison d’opter pour un remaniement ministériel associant aux postes « techniques » des compétences apolitiques. Même tardive, elle demeure préférable au statu quo. Il faut toutefois aller vite! Les prochains ministres, personnalités aux compétences reconnues, qui accepteront leur mission, vont réellement s’engager, par devoir national. Il leur sera demandé également d’aller au plus vite et de parer plus urgent, en étant débarrassé de tout calcul politique, pour redresser, un tant soit peu la barre et faire face à la tempête qui gronde. Personne ne s’attend au miracle, mais toute la population retroussera ses manches face à l’effort entrepris. Cette culture de l’effort qui nous manque tant !

Les partis politiques ne sont pas d’accord, y compris celui dont est issu le Chef du gouvernement. Il appartient à ce dernier, s’il veut laisser une empreinte positive de son passage dans l’histoire de notre pays, de les convaincre de la justesse de ses choix. Quant à la menace de vote de censure à l’ANC, il est  certain, qu’au sein même de son parti, il arrivera à rallier les plus conscients et les plus modérés à sa politique de sauvegarde du pays.

Tout Tunisien, réalisant la gravité de la situation, quelle que soit sa couleur politique, devrait adhérer à cette initiative, en plaçant véritablement l’avenir du pays au dessus de toute autre considération, car la Patrie est en danger!

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here