Le bal des assassinats politiques est ouvert

Les balles qui ont tué Chokri Belaïd ont ouvert le bal des assassinats politiques dans notre pays. Il s’agit du deuxième meurtre politique, après le syndicaliste Farhat Hached. Bien que les deux contextes soient différents, le fil conducteur des deux meurtres est  le même, à savoir l’élimination physique d’un concurrent politique potentiel. Et ce, dans l’unique but de se maintenir au pouvoir, à tout prix.

A quoi bon écouter les autres voix tant que nous sommes légitimes?  Désormais, il serait peu crédible de brandir  la fameuse carte de l’islamophobie. Que les partisans de la théorie du complot se taisent  à jamais et que les forces démocratiques cessent de se contenter de condamner uniquement.

L’heure est grave et les retombées de l’abominable acte terroriste ne se font pas attendre: les incendies des locaux d’Ennahdha, le déclenchement de manifestations violentes et ce n’est que le commencement…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here