Abdeljelil Dhahri: « Il savait qu’il allait être assassiné »

 

« Il y a maintenant une semaine, j’ai eu un long entretien avec Chokri Belaïd et il m’a clairement dit qu’il se savait visé. Il me disait qu’il avait reçu plusieurs menaces. Il se disait même qu’il était épier et que les menaces qu’il avait reçu le visait lui et sa famille. On savait même où se trouvaient ses filles », nous dit Abdeljelil Dhahri, un ami de Chokri Belaïd et président de l’association  « Tunisie pour les droits et les libertés ».

Il critique le ministère de l’Intérieur qui dit aujourd’hui qu’il ne savait pas que Chokri Belaïd était particulièrement visé. « Le défunt m’a assuré qu’il avait personnellement contacté le ministre de la Justice pour lui faire part des menaces qu’il recevait. Mais vraisemblablement il n’a pas été pris au sérieux », ajoute-t-il en accusant le gouvernement devant son inaction.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here