Le CPR donne un ultimatum d’une semaine avant de retirer ses ministres du gouvernement

Le Conseil national extraordinaire du Congrès pour la République (CPR), réuni jusqu’à tard dans la nuit de samedi à dimanche 3 février, a décidé d’accorder un ultimatum d’une semaine « avant de retirer ses ministres du gouvernement actuel » si le document relatif à la performance du gouvernement, convenu par la Troïka, n’est pas signé, a déclaré le secrétaire général du parti Mohamed Abbou.

Un communiqué du conseil souligne que le document en  question comprend un ensemble de points ayant notamment trait à la création d’une commission au sein de la présidence du gouvernement composée des partis de la coalition au pouvoir et qui sera chargée des concertations sur les décisions politiques et économiques importantes avant leur validation ainsi que des nominations aux hautes fonctions.

Aussi, le document prévoit notamment l’examen « sérieux et objectif » des dossiers de corruption, le développement des mécanismes de lutte contre la corruption, la préservation du pouvoir d’achat du citoyen, l’accélération du rythme du développement régional et la non ingérence dans la justice. Il énonce, en outre, que soient écartés les symboles de l’ancien régime des postes de décision, des cabinets ministériels et que soit opéré un remaniement ministériel dans les délais prévus et en introduisant les changements prévus au niveau des ministères objets des négociations, à savoir les Affaires étrangères et la justice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here