Cancer: connaissez-vous assez votre ennemi?

C’est la maladie dont personne ne veut entendre parler, celle « qui n’arrive qu’aux autres », une sorte de tabou inébranlable qui laisse cours aux fantasmes en tout genre. Pourtant  selon l’adage: « qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait  », il n’y a rien de mieux que de connaitre le cancer pour y faire face de la meilleure manière possible; petit tour d’horizon à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer.

D’après les données de l’OMS de 2008, les décès par cancer sont estimés à 7,6 millions soit environ 13% de la mortalité mondiale.

Le nombre de cas est en constante augmentation, il est ainsi prévu d’atteindre selon les estimations, 13,1 millions de décès en 2030.

Hors contexte, ces chiffres peuvent sembler effrayants car certes la progression  du cancer (quoique de manière lente) est une réalité, mais plusieurs facteurs expliquent cette recrudescence.

Tout d’abord, celle-ci est paradoxalement liée aux progrès de la médecine: d’une part en raison de l’allongement de la durée de vie des individus, le cancer étant le plus diagnostiqué chez les plus de 60 ans. D’autre part, l’amélioration des dépistages,  notamment du cancer du sein, du colon, du col de l’utérus ou de la prostate ont permit de découvrir un plus grand nombre de tumeurs qui pouvaient passer inaperçues il y a 10 ou 20 ans.

L’augmentation de la population explique également  cet accroissement de même que l’exposition aux facteurs de risque est de plus en plus fréquente.

Le risque n’est pas le même entre les deux sexes, les hommes étant plus touchés que les femmes. Les cancers auxquels les hommes sont les plus exposés sont par ordre de fréquence: le cancer du poumon, de l’estomac, du foie, le cancer colorectal et de l’œsophage. Chez les femmes, les cancers les plus fréquents (par ordre de fréquence) sont: le cancer du sein, du poumon, de l’estomac, cancer colorectal et du col de l’utérus.

La Tunisie ne déroge pas à la règle, ainsi  les chiffres de l’OMS montrent un taux de mortalité par cancer chez les hommes de 122.6/100000 personnes et de 71.7/100000 personnes chez les femmes, soit 16 % du total des décès tout âge confondus.

Autre inégalité, le fait qu’environ  70% des décès par cancer surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, sans doute en rapport avec une inégalité d’accès aux soins. Car pour que la lutte soit efficace, il faut s’en donner les moyens que se soit en termes de prévention, de moyens diagnostic, de traitement et de dépistage devenu un élément essentiel dans la lutte contre le cancer.

Encore massivement « boudé » par les Tunisiens, le dépistage a pour but de détecter les anomalies évocatrices d’un cancer ou au mieux un stade précancéreux chez les individus encore asymptomatiques. Les tests pourtant sont d’un coût abordable, acceptable et accessible pour la majorité de la population mais… Alors à quand des campagnes encourageant les Tunisiens à aller vers le dépistage?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here