Cancer: ce n’est pas un coup du sort !

Les facteurs de risque sont connus par le grand public mais pas assez pour savoir ou prendre conscience que le cancer n’est pas un coup du sort, puisqu’un tiers au moins de l’ensemble des cas de cancer sont évitables.

Principaux facteurs incriminés

Le  tabagisme

Le tabagisme cause environ 22% des décès par cancer tous les ans et est, de ce fait, le facteur de risque évitable le plus important de la mortalité par cancer dans le monde.

Le surpoids/L’obésité 

La relation entre surpoids/obésité n’est plus à démontrer dans la survenue de certains cancers tels que ceux de l’œsophage, du côlon et du rectum, du sein, de l’endomètre et du rein.

La  consommation d’alcool

La consommation d’alcool est un facteur de risque bien connu favorisant des cancers tels que ceux de la cavité buccale, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, du foie, du côlon, du rectum et du sein.

En Tunisie avec une consommation quotidienne de tabac de 56.5 % pour les hommes et de 6.8 % pour les femmes (moyenne 31.6 %),  une activité physique insuffisante estimée à 30% chez les hommes et à 39.1% chez les femmes (soit une moyenne de 34.6 %), un surpoids chez 53.7 % des Tunisiens et l’obésité touchant plus de 20 % de la population, n’y a-t-il pas urgence à informer le citoyen tunisien des dangers qui le guettent?

Les infections chroniques

D’après les données de l’OMS, les infections chroniques sont la cause sous-jacente d’environ  un cinquième des cancers enregistrés dans le monde. Des agents infectieux comme le papillomavirus humain (HPV) sont incriminés dans le cancer du col de l’utérus de même que le virus de l’hépatite B (HBV) pour le cancer du foie. La différence Nord /Sud est flagrante, vu que les infections chroniques sont responsables de près de 22% des décès par cancer dans les pays en voie de développement et de 6% d’entre eux dans les pays industrialisés.

Autres facteurs  

D’autres facteurs, tels que la pollution de l’air ( ambiant ou de l’air à l’intérieur des habitations ), de l’eau et du sol par des substances chimiques cancérigènes sont à l’origine de 1% à 4% de l’ensemble des cancers, sans oublier le risque lié à l’exposition professionnelle.

La bonne nouvelle est que les efforts en matière de prévention en Tunisie se renforcent avec la stratégie nationale de prévention des cancers professionnels 2013-2017,  validée récemment et l’élaboration d’un projet de loi interdisant tout type de publicité pour les cigarettes dans le cadre de la lutte contre le tabagisme.

Nous attendons encore la création d’un programme national et de campagnes pertinentes pour la promotion d’une alimentation saine et pour la lutte contre la sédentarité, ainsi que sur l’importance de la vaccination chez l’adulte.

La prévention n’est pas un « luxe », mais  il s’agit bel et bien de la stratégie à long terme la plus rentable pour lutter contre le cancer, ne nous en privons pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here