Un journaliste de la chaîne Ettounisiya agressé par des agents de police

Il semble que l’agression des journalistes soit devenue monnaie courante ces jours-ci en Tunisie. On vient d’apprendre que le journaliste de la chaîne Ettounisiya Marouane Farhani a été agressé par les agents du poste de police d’Ezzahrouni (gouvernorat de Manouba), mercredi 30 janvier.

Intervenant sur les ondes radiophoniques, Abderraouf Bali, président de l’association des jeunes journalistes, a déclaré que Marouane Farhani s’est rendu au poste de police d’Ezzahrouni pour porter plainte contre un chauffeur de bus et que ce dernier porte sur son visage les traces des agressions qu’il a subies.

Abderraouf Bali fait aussi savoir que lui même a été arrêté, lorsqu’il est intervenu pour en savoir plus sur les raisons de l’agression de Marouane Farhani et qu’ils ont été tous les deux relâchés après l’intervention de certains cadres de la sécurité.

Ce sont là des pratiques qui en disent long sur les entraves à la liberté de la presse auxquelles sont confrontés les journalistes tunisiens et qui expliquent la régression de la Tunisie à la 138place, dans le classement du dernier rapport de Reporters Sans Frontières sur la liberté de la presse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here