L’intermédiaire en bourse MAC SA annonce la création du “Fonds de Jasmin” de capital investissement

Mourad Ben Chaâbane, directeur général de l’intermédiaire en bourse “Mac SA”, a annoncé la création d’un fonds de capital investissement (Private Equity Fund), d’un montant de 100 millions de dinars, appelé “Fonds de jasmin” avec son partenaire américain “Emerging Capital Partners (ECP)”.

 “Ce fonds devra soutenir la relance de la croissance tunisienne, il consolidera les fonds propres des sociétés tunisiennes dans leurs stratégies d’expansion que ce soit à l’échelle nationale ou régionale”, a-t-il déclaré, jeudi, lors d’une conférence sur “le Printemps du monde: la Tunisie 2020”, organisée par “MAC SA” à l’occasion de son 20ème anniversaire.

Le responsable a annoncé, par ailleurs, l’entrée en bourse, très prochainement, de plusieurs entreprises tunisiennes, dont la compagnie Syphax Airlines, Hannibal Lease, la société Lilas et le groupe Délice.

 Ouvrant les travaux de cette rencontre, M. Ridha Saidi, ministre chargé du dossier économique, est revenu sur le nouveau code de l’investissement, qui sera présenté la semaine prochaine au gouvernement, précisant que sa nouvelle version sera “plus souple et plus claire”.

Ce nouveau code, attendu par les investisseurs, “œuvrera à définir les secteurs stratégiques et prioritaires pour le pays dont notamment celui des énergies renouvelables, des technologies de l’information et de communication, des industries pharmaceutiques, la fabrication des composantes de voitures et d’avions, et de l’agriculture”, a-t-il avancé.

Le ministre a affirmé, à cette occasion, que le niveau de croissance réalisé, actuellement, par la Tunisie (environ 4%) ne permet pas de faire face au problème de chômage ni de créer de la richesse pour le pays.

 “Ce taux doit être hissé pour atteindre 7 ou 8%, à même d’impulser le développement national”, estime le ministre.

 Pour réaliser cet objectif, il est indispensable, d’après lui, de stimuler l’investissement, diversifier les ressources de financement et encourager le partenariat public-privé.

Intervenant à cette conférence, M. Jacques Attali, expert, écrivain et économiste français de renommée internationale, a fait savoir que la réussite de cette phase transitoire en Tunisie est tributaire d’une série de conditions.

Il s’agit, d’après lui de mettre en place un Etat de droit stable et une presse libre, maintenir l’Etat comme instrument de démocratie, attirer des investissements et élaborer une stratégie adéquate à long terme, soit pour les 20 prochaines années.

 A court et à moyen termes, M. Attali estime que les priorités nationales et les actions doivent être concentrées sur l’attraction de l’investissement, le contrôle de l’inflation, l’amélioration de l’infrastructure et la réduction des disparités.

En marge de cette rencontre, Jacques Attali, qui est également président de PlanetFinance, grande organisation de micro-finance opérant dans plus de 80 pays dans le monde, a déclaré aux journalistes, que la Tunisie “traverse un moment particulièrement important et que sa réussite est importante pour le monde entier”.

“Si le printemps arabe ne réussira pas en Tunisie, il ne réussira nulle part”, a-t-il dit.

Le président de PlanetFinance, a aussi rappelé à cette occasion, que son organisation va créer, au cours des prochains mois, en Tunisie, en collaboration avec des partenaires tunisiens et avec l’appui de l’UE, une institution de micro-finances baptisée “MicroCred-Tunisie”.

Par

Publié le 31/01/2013 à 15:12

Leave a Reply

L'Economiste Maghrébin & L'Economiste Maghrébin by L'Economiste Maghrébin