Chokri Belaïd: « une union compréhensible, mais peu claire »

Réagissant à l’accord signé hier entre trois partis de l’opposition, Nida Tounes, Al Massar et Al Joumhoury, stipulant la création d’un front politique et électoral baptisé « l’Union pour la Tunisie », Chokri Belaïd, au nom du Front populaire, en prend acte et le juge « normal ».

« Il est normal, pour le principe, que la scène politique se réorganise et qu’on se trouve avec quatre ou cinq pôles politiques. Cela facilitera le choix des Tunisiens sur des programmes et des orientations claires. Cela nous permettra aussi d’éviter les erreurs des élections du 23 octobre 2011. On connait désormais les conséquences de l’émiettement de la scène politique. »

Une union compréhensible selon Chokri Belaïd, mais il n’en est pas moins vrai qu’elle reste peu claire. « Peu claire dans le sens qu’on ne connait pas encore très bien ses objectifs, sa structure, qui la présidera et encore moins comment elle compte se présenter lors des prochaines élections. C’est bien comme je l’ai dit de se rassembler et de créer des pôles politiques dans le but de faciliter les choix électoraux. Or je ne pense pas, avec le flou qui entoure cette nouvelle union qu’on est en train de faciliter la vision aux Tunisiens. »

A propos d’un éventuel ralliement du Front populaire à l’union des trois partis et surtout après celui annoncé du Parti socialiste et du PTPD (Parti du travail patriotique et démocratique) et les propos du Béji Caïd Essebsi lors du dernier meeting de Nidaa Tounes quant aux pourparlers avec le Front, Chokri Belaïd nie en bloc. « Il n’y pas eu de contact officiel, en tout cas rien n’est parvenu au comité politique, seul habilité à prendre cette décision », affirme-t-il.

Est-ce là une forme de refus de principe? Là aussi la réponse de Chokri Belaïd est sans équivoque. « Pourquoi est-ce que tout le monde parle d’un ralliement du Front populaire à ce trio? Je ne comprends pas. Pourquoi ne serait-ce pas eux qui se rallient à nous? Après tout, nous sommes un front qui a désormais une assise populaire, un programme clair et sait comment il va se présenter aux prochaines élections. Ce n’est pas le cas de tout le monde. En tout cas, et comme je viens de l’expliquer, ce n’est pas le cas de l’Union qui vient d’être créée ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here