Prison à vie pour une sociologue turque

La machine judicaire turque ne rate pas une occasion d’envoyer des journalistes, des activistes dans le domaine des droits de l’Homme et des progressistes derrière les barreaux.  Dernière sur la liste : Pinar Selek, connue pour ses recherches sur les minorités comme les transsexuels et les Kurdes. Universitaire, sociologue, âgée de 41 ans, elle a été condamnée à un emprisonnement  à perpétuité bien qu’elle ait toujours nié sa participation à un attentat commis en 1998.

Actuellement, elle réside à Strasbourg en exil et n’a pas assisté à son procès. Notons au passage qu’elle est menacée d’extradition vu les accords franco-turcs surtout qu’elle n’a pas encore demandé le statut de réfugiée politique aux autorités françaises.

Le modèle turc, qui inspire notre vénérable gouvernement, affirme toujours le respect qu’il voue aux intellectuels et aux minorités en conformité, prétend-t-il,  à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et l’intégration des minorités kurdes dans le tissu sociétal qui sont ses mots d’ordre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here