Alzheimer vous avez dit incurable?

Depuis peu une équipe de chercheurs de l’Université Laval, du CHU de Québec et de la pharmaceutique Glaxo Smith Kline (GSK) à réussit à faire avancer le monde médical à pas de géant dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer, cause la plus fréquente de démence est un due a un processus neurodégénératif, associé à l’accumulation d’une substance dite béta amyloide dans le tissus cérébral. Selon des études récentes, il semblerait que le mécanisme de la maladie d’Alzheimer soit due à un défaut d’élimination de cette substance plus qu’il ne s’agit d’un excès de production. L’accumulation progressive de la beta amyloide toxique pour les neurones, entraîne  l’apparition de plaques dites séniles, d’ou une perte de la fonction neuronale qui se traduit cliniquement par une perte de la mémoire, des fonctions cognitives et s’accompagne de troubles du comportement.

A l’heure actuelle, la prise en charge ne vise que les symptômes, mais la découverte d’un moyen permettant de stimuler les défenses immunitaires du système nerveux améliorant l’élimination de la beta amyloide a permit de nourrir de nouveaux espoirs dans traitement de cette maladie.

La découverte en question, repose sur une molécule utilisée comme adjuvant dans de nombreux vaccins que la compagnie pharmaceutique GSK fabrique depuis de nombreuses années. Cette molécule, la MPL ( monophoshoryl Lipid A) a été testée sur des souries qui présentent les symptômes de la maladie d’Alzheimer par injection hebdomadaire pendant une durée de 12 semaines. Au terme de l’expérience , 80% des plaques séniles ont été éliminées. L’élimination des plaques séniles se sont accompagnée cliniquement d’une amélioration des fonctions cognitives.

Sur les humains la MPL pourrait être un moyen de prévention de la maladie sous forme de vaccin ,chez les personnes présentant des facteurs de risques, mais aussi constituer une traitement pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer sous forme d’injection intramusculaire, en ralentissant la progression de la maladie.

Dans une communiqué l’équipe indique que «Cette percée majeure, dont les détails sont publiés sur le site Internet de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), ouvre la porte au développement d’un traitement pour les personnes atteintes d’Alzheimer et d’un vaccin pour prévenir cette maladie», une bonne nouvelle pour une maladie qui ne cesse d’augmenter avec le vieillissement de la population, élevé au rang de problème de santé publique dans de nombreux pays.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here