Ettakatol entre le retrait et le maintien

La Troïka, qui s’est formée le lendemain des élections du 23 octobre 2011, ne s’est jamais trouvée aussi menacée qu’en ces jours-ci. Sa cohésion est désormais tributaire du cours des négociations du remaniement ministériel. Des négociations dures et pénibles, où chaque partie s’obstine à ne pas concéder.

D’une part, le mouvement Ennahdha, qui, fort de  » sa consécration du 23 octobre », s’est accaparé les ministères régaliens, tient à ces postes. De l’autre, Ettakatol, qui semble diverger de la ligne de suivisme, revendique un poids plus lourd au sein de la Troïka. Hier au Hall de l’ANC, les deux présidents des deux groupes parlementaires semblaient s’éviter. Sahbi Atig, le président des députés nahdhaouis, a relativisé l’importance de l’affaire. « Ils ont avancé des propositions qui ne sont pas définitives, et en tout cas les négociations sont en cours et vont bon train. Rien n’est encore décidé. » a-t-il assuré.

De l’autre côté, Mouldi Riahi, le président du groupe Ettakatol, avait un autre avis : « Nous sommes déçus de la lenteur des concertations concernant le remaniement ministériel », a-t-il asséné avant d’ajouter : « Nous essayons de toutes nos forces de faire avancer les choses, d’autant plus que le remaniement ministériel a été proposé depuis des mois déjà. Nous sommes pour un élargissement de la coalition gouvernementale, et pour le remaniement de tous les ministères sans exception ». Ripostant à la menace lancée sur la radio Jawhara FM par le président du Conseil de la Choura, Fathi Ayadi, évoquant un possible retrait de confiance au président de l’Assemblée Constituante Mostapha Ben Jaafer, secrétaire général du parti Ettakatol, Mouldi Riahi a avancé sur un ton confiant : « Nous sommes parfaitement conscients de nos décisions concernant notre maintien ou notre retrait de la Troïka, et nous assumons nos responsabilités».

Affaire à suivre, dans les jours, ou peut-être les heures qui viennent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here