Eventuel appui logistique américain à l’intervention française au Mali

« La Maison-Blanche envisage d’aider  la France dans son engagement militaire au Mali contre les islamistes, grâce à un appui logistique et des drones de surveillance », a déclaré samedi 12 janvier à l’AFP un responsable américain, sous couvert de l’anonymat.

Les militaires américains envisagent toute une batterie d’options, y compris l’intensification du partage des renseignements, ce qui impliquerait des drones américains de surveillance. A noter que les forces armées américaines disposent de bases aériennes en Italie et en Espagne pour éventuellement ravitailler des avions français.

L’armée malienne a lancé vendredi 11 janvier, avec le soutien de la France et de plusieurs pays africains, une contre-offensive dans le centre du Mali pour repousser l’avancée des islamistes vers le Sud, encore sous contrôle du gouvernement de Bamako.

Brutalité et fanatisme

D’autre part, le président français, François Hollande, a confirmé l’engagement de forces de son pays, en expliquant que « le Mali fait face à une agression d’éléments terroristes venant du Nord dont le monde entier sait la brutalité et le fanatisme ». Il a assuré que cette opération durerait « le temps nécessaire », tandis que son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a indiqué que cet engagement avait notamment pris la forme d’une « intervention aérienne ».

Jeudi 11 janvier, dans une déclaration unanime, le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé un « déploiement rapide » de la force internationale au Mali par une résolution votée le 20 décembre, mais dont l’intervention devait s’étaler sur des mois.

Sous le couvert de l’ONU

Selon des diplomates, l’intervention française se fonde en particulier sur l’article 51 de la Charte de l’ONU, qui prévoit un « droit naturel de légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas où un membre des Nations Unies est l’objet d’une agression armée ». La France n’est pas tenue dans ce cadre d’obtenir le feu vert du Conseil de sécurité mais doit l’en informer.

La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest a autorisé ce vendredi l’envoi immédiat de troupes au Mali, en soutien à l’armée malienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here