Eddw’am younkob er’kham

A l’issue de son entretien  avec le président provisoire de la République Moncef Marzouki, le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchui a déclaré qu’il répond favorablement à l’initiative présidentielle consistant à organiser un dialogue national avec la participation de tous les partis politiques sans exclusion et ce afin de dégager une date consensuelle pour les prochaines élections, qui seront ouvertes à toutes et à tous sans exception.

Ce qui revient à dire que le mouvement Ennahdha a fini par accepter de se réunir autour d’une même table avec Nidaa Tounes de Bèji Caied Essebsi. Une position certes à louer, mais qui démontre d’une manière on ne peut plus claire que c’est Rached Ghannouchi qui mène la baraque  au sein de son mouvement. En effet pas plus tard qu’hier des ministres et autres hauts responsables nahdhaouis rappelaient à qui voulait les entendre la décision du « conseil consultatif » (majless echoura) de refuser tout contact avec Nidaa Tounes qui n’a d’ailleurs pas été consulté sur la question du remaniement ministériel attendu.

Faut-il aussi comprendre par ce revirement ou « cette sage décision »,-tout dépend- que le poids grandissant de l’aile modérée du mouvement islamiste au pouvoir commence à peser sur les grandes décisions qui engagent le devenir du pays ? Une chose est sûre c’est que l’endurance finit toujours par payer comme le préconisait, sa vie durant, le leader Habib Bourguiba

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here