Lotfi Ebdelli interrogé pour son geste devant Dilou lors d’un débat TV

Je crains pour la liberté d’expression en Tunisie 

Lotfi Ebdelli a été convoqué ce matin, à 10h, par la première brigade d’investigation de la garde nationale de l’Aouina pour être interrogé, après la plainte déposée par l’Etat suite au geste de la main qu’il a fait lors d’un débat télévisé sur Hannibal avec Samir Dilou, ministre des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle.

Contacté quelques minute avant le début de l’interrogatoire, Ebdelli nous confirme l’information : « je suis en route pour être interrogé par la première brigade d’investigation de l’Aouina, là où on interroge les grands criminels. Là où on a interrogé les Trabelsi et les criminels de l’ancien régime. Voilà, aujourd’hui, Lotfi Ebdelli est considéré comme un grand criminel. Je le suis parce que j’ai fait un jeu de mots et un geste humoristique, pour avoir fait mon métier de comédien ».

Lotfi Ebdelli ne cache pas, par ailleurs, ses craintes. « Non pas pour ma personne, ils ne m’auront pas facilement. J’ai plutôt des craintes sur la liberté d’expression en Tunisie. Une liberté qu’on veut nous confisquer en utilisant la politique de la terreur. Qui, journalistes, artistes ou autres, pour avoir critiqué, n’a pas été convoqué pour être interrogé. Les plus coriaces ont pu s’en sortir, d’autre croupissent déjà dans les prisons ». Il parle ici de Semi Fehri déjà en prison et de Olfa Riahi qui parait aujourd’hui devant le tribunal de première instance de Tunis.

« Ils veulent nous malmener, nous faire peur. Mais ils ne nous aurons pas », nous dit-il. Et d’en finir avec un petit humour. « J’aimerai bien savoir si on a aussi convoqué Samir Dilou. Il est partie prenante dans l’affaire, non. J’aimerai le voir répéter mon geste à celui qui va nous interroger. Ca serait à voir… ».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here