Les cavaliers tunisiens en sit-in: « notre sport est en danger »

Des affiliés à la Fédération tunisienne des sports équestres ont organisé aujourd’hui, 31 décembre, un sit-in devant le club équestre de l’Aouina. « Nous serons tous là, Cavaliers, directeurs des clubs équestres et propriétaires de chevaux », nous a indiqué Ahmed Marakchi, cavalier et organisateur de ce sit-in, lors d’une communication téléphonique, quelques heures avant le début du sit-in.

A propos des causes qui ont mené à cette manifestation, M. Marakchi précise : « c’était notre réaction à la décision prise par l’armée qui gère le club de l’Aouina de le fermer aux civils. On nous a dit que c’était momentané, mais les expériences du passé nous ont montré qu’il n’en est rien. A chaque fois qu’on nous a promis une évacuation momentanée des lieux, elle est devenue définitive », affirme-t-il.

M. Marakchi indique, par ailleurs, que les 700 cavaliers licenciés se sentent oubliés par les autorités. « On a essayé de contacter le ministre de tutelle, le chef du gouvernement, mais on n’a eu aucun écho. A croire que notre discipline n’intéresse personne. On se dit alors qu’il est temps de faire entendre notre voix autrement que par des lettres que personne ne va lire ».

Il finit par tirer la sonnette d’alarme. « Notre sport est en danger. Bientôt on n’aura plus où s’entrainer ni pratiquer des compétitions », dit-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here