Lettre ouverte à l’opinion publique

Suite à la tournure que prennent les évènements en Tunisie, plusieurs indépendants, dont Abdeljalil Temimi, Abdellatif Fourati, Mustapha Kamel Nabli, Taher Boussema, Hamouda Ben Slema, Mohamed Haddad, Slaheddine Jourchi et Hamida Naïfer viennent d’adresser une lettre à l’opinion publique, dans une tentative de faire sortir le pays du cercle vicieux de l’exclusion dans lequel il plonge.

Mettant en garde contre les vrais dangers que traverse la société suite à la montée de la violence et au  déferlement des discours haineux, qu’ils considèrent comme étant une vraie menace pour l’Etat et ses institutions, les signataires de la lettre estiment que la concrétisation des objectifs de la révolution et la réussite de la période transitoire sont non seulement importantes  mais requièrent également une efficacité, une rapidité d’intervention toujours plus grandes. Ils rappellent aussi l’importance du dialogue et du consensus et ils dénoncent tout recours à la rue, en dehors du cadre de la loi.

Cette lettre est également une mise en garde  contre toute forme d’intimidation et de violence et contre  les appels à l’exclusion menaçant l’unité  nationale et faisant régner un climat de discorde, mettant en péril la révolution tunisienne.

Les signataires ont, en outre, lancé un appel à  l’Assemblée nationale constituante,  symbole de la légitimité, pour qu’elle assume le rôle qui est le sien dans la clarification de la vision et la résolution des problématiques posées, à travers, essentiellement, le rétablissement de la confiance et du consensus entre ses membres. Pour ce faire, les signataires de cette lettre invitent l’Anc à se fixer un calendrier clair et précis pour rattraper le retard pris dans la rédaction de la Constitution et la préparation des prochaines élections et à se consacrer entièrement à la finalisation  de la Constitution, à l’élaboration des lois inhérentes aux élections et à l’approbation des lois relatives à la finance et à la justice transitionnelle.

A la fin de cette lettre, ses signataires ont réitéré leur appel à faire prévaloir le sens de  la responsabilité et l’esprit de consensus et à asseoir les bases d’un bon dialogue entres toutes les formations politiques et sociales agissantes, afin de conforter le  processus démocratique.  Ils ont, par la même occasion, exprimé leur disposition à appuyer toute initiative dans ce sens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here