Conférence sur la politique migratoire de la Tunisie : allocution de Hamadi Jebali

Organisée par le ministère des Affaires sociales et le secrétariat d’Etat à l’Immigration, une conférence a eu lieu les 26 et 27 décembre sous le thème de  «  La politique migratoire de la Tunisie: enjeux et perspectives », à l’hôtel Golden Tulip El Mechtel. L’immigration légitime ou illégitime demeure un souci majeur dans notre contexte postrévolutionnaire, d’où la nécessité de ce genre de conférences,  dans un cadre informatif et d’échanges entre toutes les catégories de la société civile et les politiques. L’objectif de la conférence est de présenter l’approche globale de la migration. Plusieurs intervenants ont été invités à débattre des différents  principes de la politique migratoire.

Le Premier ministre, M. Hamadi Jebali, a inauguré  la conférence par une allocution sur l’importance du sujet traité, à savoir l’immigration, car il s’agit d’un sujet brûlant qui demande des solutions urgentes. En effet, selon lui, la nécessité d’aboutir à un pacte national sur la question se fait de plus en plus pressante, surtout que l’Europe a revisité sa politique d’immigration. « Nous ne manquerons pas de défendre les immigrés tunisiens. Cela fait partie de nos devoirs », déclare-t-il. Sur la question de l’immigration clandestine, M. Hamadi Jebali a affirmé le refus et la condamnation du gouvernement de ce phénomène, en proposant d’autres solutions telles que la création de nouveaux emplois, notamment pour les diplômés de l’enseignement supérieur.

Suite à l’allocution du Premier ministre, la parole a été donnée à Houcine Jaziri, secrétaire d’État, chargé de l’Immigration et des Tunisiens à l’étranger. Le secrétaire  d’Etat a rappelé en préalable que l’immigration n’est pas un phénomène étranger à la société tunisienne et qu’il est lié à l’histoire du pays, car les émigrés font partie du tissu sociétal du pays et contribuent à son essor. Le secrétaire  d’Etat a exprimé son souhait de voir cette conférence contribuer à la réflexion sur la stratégie à adopter en matière d’immigration. D’après des statistiques faites par le ministère des Affaires étrangères, le nombre de Tunisiens résidant à l’étranger en 2010, était de l’ordre de 1.155.634 ressortissants. De même, il a affirmé que la réussite de toute stratégie d’immigration ne peut se faire sans un partenariat avec la société civile.

Quant à Houssine Abbasi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du Travail,  il a commencé son intervention par un rappel historique du début du phénomène à partir de la Seconde Guerre mondiale, au moment où l’Europe avait besoin  de main-d’œuvre. Il a pointé  du doigt l’immigration sélective, en la qualifiant d’appauvrissement du pays des meilleures compétences. «  Les pays européens doivent comprendre qu’ils ont une grande part de responsabilité dans l’augmentation du taux de chômage, ainsi que dans la pauvreté  en Tunisie, car ils soutenaient un régime dictatorial pour leurs propres intérêts économiques ».

Interrogés par les journalistes, Houcine Jaziri déclare : «  je conseille aux jeunes tunisiens d’immigrer en Lybie, plutôt qu’en Italie, car la situation en Lybie est beaucoup plus stable que dans ce pays européen où nous avons déjà 4000 prisonniers. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here