Ouverture des banques tunisiennes aux capitaux étrangers… prudence au nom du patriotisme économique ?

Que restera t-il de tunisien de la Banque de Tunisie (BT) ? Fondée le 23 septembre 1884, la Banque de Tunisie est l’une des rares banques en Afrique à compter plus de 128 années d’existence. Cette culture et tradition bancaire africaine va disparaître au profit d’une culture européenne, celle de la Banque Fédérative du Crédit Mutuel (BFCM, France), qui détenait depuis longtemps déjà, 20% du capital de la BT. Les 13% représentant la part de l’Etat tunisien vont revenir à la BFCM. De ce fait, la BFCM devient détentrice de 33% du capital de la BT.

Cette opération relance le débat, en Tunisie, sur la nécessité ou pas d’ouvrir les banques tunisiennes aux capitaux étrangers. Vu la particularité du secteur d’activité et vu sa sensibilité systémique, le patriotisme économique ne serait-il pas de mise ?

Les banques ne sont pas des entreprises comme les autres. Certains travaux académiques suggèrent, plutôt que de brader les institutions financières nationales, de leur donner les moyens au plan domestique (acquisitions nationales), afin de servir l’urgence du développement et de l’emploi en tant que moteur de la croissance.

Dans le cas de la Tunisie, certains considérèrent que la STB devrait devenir une Banque nationale d’investissements, avec des succursales, des sortes de SDR (Société régionales de développement)[1]. La BNA doit redevenir Crédit Agricole et il serait heureux de relancer les activités de la Banque de Solidarité sur un modèle moins politique qu’elle l’était sous l’ancien régime, mais avec les moyens d’action auprès des TPE (très petites entreprises) et des créateurs d’entreprises. Il importe de veiller à la mise en place d’institutions spécialisées, sans lesquelles les priorités économiques et surtout sociales du pays ne peuvent trouver de solutions chez les banques commerciales privées, a fortiori si celles-ci sont vendues à des étrangers.

Cette note invite à une réflexion approfondie et urgente sur la question des restructurations bancaires en Tunisie. Il importe en effet de bien méditer le pour et le contre de l’ouverture du capital des banques tunisiennes aux capitaux étrangers, car la conséquence en serait le Syndrome roumain c’est-à-dire l’affaiblissement de la souveraineté monétaire du pays.

I – Une participation étrangère importante dans les capitaux des banques tunisiennes

Les autorités tunisiennes ont cherché à encourager les investissements directs étrangers et le transfert de savoir-faire par l’implantation de banques étrangères sur leurs marchés domestiques. C’est ce qui explique une participation étrangère importante dans les capitaux des banques tunisiennes (tableau ci-dessous).

Face aux besoins de la clientèle (particulier et corporate), la Tunisie représente un marché attractif pour les banques étrangères.

En Tunisie l’architecture légale et réglementaire est très favorable aux banques étrangères. Les banques étrangères qui souhaiteraient investir et apporter une technologie moderne pourraient trouver des opportunités de partenariat avec les banques de la place.

De même, le programme de privatisation et de modernisation du secteur industriel tunisien procure des opportunités de croissance pour les banques étrangères dans les opérations d’ingénierie financière, de montage financier de grands projets et de conseil et d’assistance en matière de gestion de trésorerie et de fusions-acquisitions. Cette internationalisation des banques tunisiennes présente des avantages mais aussi des risques.

Tableau – Les participations françaises dans les banques maghrébines

  Tunisie
BNP Paribas Détient 50% de l’UBCI,  10ème banque.
Société Générale Détient 52% de l’UIB, 6ème banque.
Crédit Agricole – Calyon Calyon – Bureau de représentation pour les activités de corporate banking
Natexis Banque Populaire Participation minoritaire dans « Assurance BIAT », filiale de la BIAT, 3ème banque.
CIC-Crédit Mutuel Détient déjà 20% de la Banque de Tunisie, 8ème banque.
Caisse nationale des caisses d’épargne Acquisition par le Groupe de 60% du capital de BTK en 2008.
Sources : Standard & Poor’s, Jeune Afrique – Hors série n°13 (2006) et rapports d’activité

II – Les gains générés par l’entrée de banques étrangères sur un marché domestique

Les gains générés par l’entrée de banques étrangères sur un marché domestique ont été résumés dans plusieurs études de la Banque mondiale[2]. Ils portent principalement sur les trois éléments suivants.

Accroissement de l’efficience du secteur bancaire domestique. La rentabilité s’améliore du fait d’une concurrence accrue. En effet, l’expérience montre que lorsqu’on ouvre le système bancaire local à la concurrence étrangère, les premières à profiter de cette ouverture sont les banques locales. L’entrée de ces banques favorise l’introduction de nouvelles technologies de gestion et d’innovations dans la conception des services. En conséquence, l’offre des services financiers devient diversifiée ce qui réduit les coûts.

Constitution d’un meilleur cadre légal et d’une meilleure supervision du secteur bancaire domestique. L’entrée de banques étrangères améliore la transparence et réduit le degré de vulnérabilité du secteur bancaire aux crises domestiques. La réduction de probabilité de crises bancaires dans un pays est l’un des principaux arguments avancés en faveur d’une ouverture du secteur bancaire local.

Au total, et sous certaines conditions de stabilité macroéconomique, la présence de banques étrangères permet de consolider le secteur bancaire du pays d’accueil. Cette hypothèse justifie un degré d’ouverture élevé du secteur bancaire national à une présence étrangère.

III – Les banques étrangères peuvent constituer une menace sérieuse pour les banques locales : le Syndrome roumain

Cependant, selon d’autres études empiriques[3], l’entrée des nouvelles banques dans le cadre d’une opération transfrontalière peut, dans certains cas, être désavantageuse aux banques locales.  La rentabilité des banques locales diminue suite à l’entrée de banques étrangères. Les marges des banques étrangères sont en général supérieures à celles des banques domestiques dans les pays en développement. Par contre, l’inverse est valable dans les pays industrialisés. Ceci dit, les banques étrangères constituent une menace sérieuse pour les banques locales si elles n’arrivent pas à se mettre à niveau car leur entrée peut engendrer des coûts par les comportements suivants.

Exclusion des financements ayant un caractère domestique prioritaire (agriculture, habitat, PME…) par les banques étrangères, car leurs profils d’activités sont différents. Ce rationnement du crédit au secteur privé est basé sur des techniques très sophistiquées d’évaluation du risque de crédit. Elles sont basées sur du Benchmarking importé, peu adapté au contexte d’économie en développement. Or, selon une étude publiée en 1997 par Ross Levine[4], ces financements font accélérer la croissance. De la sorte, les banques entrantes peuvent contribuer à un ralentissement de la croissance de l’économie domestique.

– Les canaux de transmission de la politique monétaire via le canal du crédit s’affaiblissent. La Banque centrale voie sa politique monétaire s’affaiblir et devenir moins efficiente. Les banques étrangères sont en effet plus à l’écoute de leur actionnariat basé dans les capitales étrangères que de la Banque centrale du pays d’accueil.

Les deux premiers problèmes évoqués constituent ce qu’on appellera le Syndrome Roumain. Une ouverture excessive du capital des banques domestiques aux banques étrangères peut conduire à un affaiblissement de leur résilience en cas de crise financière et à une réaction de repli des banques des maisons mères et donc à un affaiblissement de la souveraineté monétaire du pays.

Le Syndrome Roumain : le point de Moody’s

Le système bancaire roumain est largement tributaire de la dynamique du marché financier de la zone euro. Les ¾ du système bancaire roumain sont détenus par des banques étrangères. La crise de la dette souveraine a eu un effet négatif sur le système bancaire roumain. Moody’s estime que la crise aura une incidence sur le système bancaire de la Roumanie à travers (i) un affaiblissement de la demande pour les exportations et un ralentissement de l’investissement direct étranger (IDE), (ii) le niveau élevé de prêts en devises dans le système, plus de 60% du total des prêts et (iii) un affaiblissement potentiel de l’engagement des banques mères à leurs opérations dans le pays. Ces mécanismes de transmission réduiront probablement la disponibilité des fonds, affaibliront la qualité des actifs, augmenteront les pertes en capital et de pression, ce qui, à son tour, peut exercer une pression de plus en plus forte sur la notation des banques en Roumanie.

Moody’s s’attend à ce que l’environnement d’exploitation entraîne l’affaiblissement de la qualité des actifs. Les prêts non productifs pourraient encore augmenter si la monnaie locale s’affaiblit, car elle exposerait les emprunteurs à une charge en devise d’entretien plus élevée de la dette.

Moody’s croit également que les banques font face à une probabilité croissante que leurs banques mères étrangères  réduisent leurs opérations dans le pays, ce qui aurait une incidence sur les positions de capitaux des banques et réprimerait la croissance des prêts. Le désendettement serait encore aggravé par la dépendance significative des banques au financement des banques mères.

Dans l’ensemble, Moody’s estime que les plus grandes institutions financières sont mieux placées pour s’adapter à cet environnement difficile, les petites banques sont plus susceptibles de perdre des parts de marchés dans certains secteurs d’activité, où la concurrence s’intensifie, et qui nuisent à leur rentabilité.

Source : Moody’s (2011) et d’après l’auteur.

Prise de risque excessive par les banques locales, du fait de la baisse de leur valeur de franchise, suite à l’entrée de banques étrangères. Les banques locales financent alors des secteurs plus risqués. Les marchés les plus rentables sont écrémés par les banques étrangères proposant des services et produits plus avancés.

– Les autres menaces auxquelles doivent faire face les banques locales proviennent des banques étrangères dont la plupart disposent d’un personnel habitué à évoluer en économie libérale, avec des capacités de management agressif importantes.

Conclusion

Il importe donc de bien méditer le pour et le contre de l’ouverture du capital des banques tunisiennes aux capitaux étrangers car la conséquence du Syndrome roumain serait l’affaiblissement de la souveraineté monétaire du pays.

De plus, vendre aujourd’hui le patrimoine monétaire du pays à l’étranger, pour faire face à des dépenses d’urgence, est une grande responsabilité qui engage largement le bien-être des générations futures.

Dhafer SAIDANE, Université de Lille – Nord de France et SKEMA


 [1] Echanges avec Alain LENOIR, Président de Finance sans Frontières, dans le cadre des travaux du Club des Dirigeants des Banques et des Etablissements de crédit d’Afrique.

[2] Ross Levine (2003), “Denying foreign bank entry: implications for bank interest margins”, Central Bank of Chile Working Papers, No. 222.

[3] Robert Lensink et Niels Hermes (2004), “The short-term effects of foreign bank entry on domestic bank behaviour: does economic development matter?”, Journal of Banking & Finance 28, pp. 553-568.

Voir aussi Stjin Claessens, Asli Demirgüç-Kunt et Harry Huizinga (2001), “How does foreign entry affect domestic banking markets?”, Journal of Banking & Finance, Volume 25, Issue 5, pp. 891-911.

[4] Ross Levine, 1997. « Financial Development and Economic Growth: Views and Agenda, » Journal of Economic Literature, American Economic Association, vol. 35(2), pages 688-726, June.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here