Les biens confisqués: pourquoi ne pas les exposer dans un musée ?

L’exposition-vente des biens confisqués ayant appartenu à l’ancien président déchu et à sa famille mafieuse ressemble à une grotte d’Ali Baba, tant le luxe tapageur avoisine l’insolence propre aux nouveaux riches, au goût plus que douteux.

Même si l’intention de vendre ces biens, afin de renflouer les caisses de l’Etat, est louable, des voix se sont élevées pour considérer que certains biens font partie de la mémoire nationale, notamment les bijoux, les bibelots et certains tableaux de maître. Par conséquent, il serait plus judicieux de les exposer dans différents musées tunisiens, à l’instar de la Russie, qui a sauvegardé et exposé les biens des Tsars, dans ses musées nationaux.

Séduit par cette proposition, le ministre de la Culture, Mehdi Mabrouk, s’est ouvert  au Chef du gouvernement, qui pèse le pour et le contre, avant de donner sa réponse.

Un luxe douteux et tapageur

Les biens exposés à l’espace Cléopâtre à Gammarth comportent, essentiellement, des voitures de luxe, 300 pièces d’orfèvrerie, des parures et des bijoux et près de douze mille autres articles qui se trouvaient au palais de Sidi Dhrif, ancienne résidence du couple Ben Ali.

Les bijoux de Leila Ben Ali valent le détour, notamment des séries uniques fabriquées spécialement pour elle. A part les chaussures de luxe, un ensemble de vêtements de Ben Ali et de la “Régente de Carthage” ont été mis en  vente. Les prix peuvent aller jusqu’à 15.000  dinars pour le premier et plus de 30.000  pour la seconde.

Figurent aussi à  l’exposition-vente des tableaux de peintres tunisiens de renom et des œuvres d’art, dont certaines sont incrustées de diamants et de pierres précieuses.

Clou de cette exposition-vente: 22 berlines de luxe, dont la fameuse Mercédès Marbach, des Porche, Lamborghini, Cadillac et Aston Martin.

Quatre grosses cylindrées appartenaient à Leila Ben Ali: une Mercedes S 500, une Mercedes SL 600 , une Rolls-Royce et une Mercedes McLaren. Sakhr El Matri, le gendre de Ben Ali n’est pas en reste puisqu’il possède une Aston Martin, fabriquée spécialement pour lui et qui est l’unique de son genre en Afrique.

La valeur de ces voitures exposées est estimée à 17 millions de dinars et le prix d’entrée, lui aussi sujet à caution, est de 30 dinars; de quoi inciter le Tunisien lambda à la visite…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here