Mohamed Sghaier Awled Ahmed : la situation actuelle en Tunisie est comparable à celle de l’Algérie en 1991

Le poète tunisien Mohamed Sghaier Awled Ahmed était l’invité de l’animateur et poète  libanais Zahi Wahbi, dans le cadre de l’émission culturelle Bayt Al-Kassid  (Au cœur du sujet), hier soir, sur la chaîne tunisienne  Al-Mayadeen. L’animateur a annoncé avant la diffusion de l’émission sur sa page officielle sur Facebook que son invité est le leader de la révolution tunisienne ! Une telle annonce ne peut que sidérer ceux qui connaissent le poète tunisien surtout que le public ne se rappelle pas d’un seul discours anti Ben Ali avant le 14 janvier. Une  question s’impose : de quel militantisme Zahi Wahbi parle ?

Le poète tunisien ne cache pas son inquiétude quant à la situation du pays sous le règne des islamistes : « La situation actuelle en Tunisie est comparable à celle de l’Algérie en 1991 car on vit presque les mêmes scènes : agression des journalistes, des artistes, des intellectuels et des femmes aussi ».
Awled Ahmed demeure catégorique et pessimiste  quant à l’accès des islamistes au pouvoir puisque : « La religion est une affaire personnelle et que le religieux et le politique ne doivent pas s’entremêler ». Haussant le ton il s’interroge :
«  Qu’est- ce qu’on attend d’eux reconquérir la Tunisie ? Qu’ils n’oublient pas que le peuple tunisien est musulman depuis 14 siècles. »

Le poète est encore le porte- parole de son peuple, il n’a pas démissionné comme le prétendent les partisans de la modernité : «  La mort de la poésie et du poète est le plus grand mensonge de la modernité. Il suffit de voir que les salles sont archicombles durant les soirées poétiques de Nizar Kabani ou de Mahmoud Darwich. La poésie est notre premier art. Pourquoi le renier ?! ». Argumentant ses propos par la réussite épatante de la clôture de la dernière édition du Festival de Carthage dans laquelle il a récité des poèmes avec l’artiste mondial Dhafer Youssef devant treize mille spectateurs : «  Plusieurs partis politiques n’arrivent même pas à mobiliser ce nombre de personnes dans les meeting à moins qu’ils payent les gens ou leur donnent des sandwiches »
Pour regarder l’intégralité de l’interview :
http://almayadeen.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here