Grève de la faim à l’Ecole nationale de médecine vétérinaire de Sidi Thabet

 

Depuis six  jours,  l’étudiant Mohamed Kacem Raïs continue sa grève de la faim à  l’Ecole nationale de médecine vétérinaire de Sidi Thabet suite à une décision qui consiste à l’exclure de l’Ecole puisque qu’il est dérogataire (sa principale revendication étant une troisième inscription). Selon Tayssir Sellimi  -étudiante dérogataire  qui entame à son tour aujourd’hui une grève de faim – le gréviste pourrait tomber dans le coma facilement. « Nous ne sommes pas nombreux, nous sommes quatre dérogataires,  pourquoi nous prive-t-on d’une troisième inscription ? », s’étonne-t-elle.

Pour replacer le sujet dans le contexte,  rappelons que les étudiants de l’Ecole vétérinaire qui ont redoublé trois fois n’ont plus le droit de refaire l’année. Pis encore, ils ne seront plus admis dans d’autres écoles. Après une première grève qui a eu lieu au mois d’octobre dernier, l’administration de l’école avait accepté d’accorder une nouvelle chance aux dérogataires en date du 26 octobre 2012. Notons que l’acceptation était orale et qu’il n’y a aucun document écrit qui le  prouve. Or  à présent l’Ecole s’est ravisée et  tient à leur renvoi.

Selon notre interlocutrice : « Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche technologique a informé les dérogataires qu’ils peuvent continuer normalement leurs études et que le problème ne se pose qu’au niveau de l’Ecole. Or cette dernière soutient le contraire et renvoie la balle dans le camp du ministère ». Entre le marteau du ministère et l’enclume de la bureaucratie de l’EMNV, se joue l’avenir des trois étudiants. La même étudiante déclare que l’administration  de  l’EMNV de Sidi Thabet a contacté la mère du gréviste en lui demandant de venir récupérer son fils. Dans le cas contraire, l’administration se verra contrainte de l’évacuer par la force.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here