Ferme mise en garde à Damas contre un éventuel usage d’armes chimiques

« Erreur tragique » qui aurait des « conséquences tragiques » : c’est avec ces termes que le président Barack Obama s’est adressé à son homologue syrien, lundi 3 décembre, lors d’une brève allocution à Washington, pour l’avertir formellement des conséquences d’une éventuelle utilisation d’armes chimiques contre son peuple. « Aujourd’hui, je veux dire très clairement à Assad et à ceux qui obéissent à ses ordres que le monde entier vous observe », a-t-il ajouté.

Le gaz sarin, arme de destruction massive

Cette mise en garde est une réponse américaine aux rumeurs selon lesquelles Damas serait en train d’assembler les précurseurs chimiques nécessaires à la fabrication d’une arme interdite, le gaz sarin, un puissant neurotoxique qui provoque une paralysie complète puis la mort.

Il est à noter que les  précurseurs chimiques sont en général stockés séparément afin d’éviter tout accident. Le fait de les mélanger peut, selon les spécialistes, constituer une étape vers la militarisation du gaz sarin. Il  suffit ensuite de le placer  dans un missile, ou dans un obus.

Risque d’internationalisation du conflit

D’autre part, Nasser Judeh, ministre jordanien des Affaires étrangères, a estimé, lundi à Washington, que l’utilisation d’armes chimiques provoquerait certainement une intervention internationale : “L’usage d’armes chimiques changerait la donne. Le régime syrien sait bien que la communauté internationale n’acceptera pas que ces armes soient utilisées dans différents scénarios, que ce soit par le régime contre son peuple, contre des pays voisins ou si ces armes tombent entre de mauvaises mains”, a expliqué le chef de la diplomatie jordanienne, dont le pays est frontalier de la Syrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here