Découvrir l’humanité à travers le film « Les Hommes libres »

 

Produit en 2011 par le réalisateur, scénariste et dialoguiste français d’origine marocaine, Ismaël Ferroukhi, la projection du long-métrage « Les hommes libres » est programmée dans les principales salles de la Tunisie à partir de demain, 28 novembre 2012, suivant le calendrier mentionné ci-après :

  • A Tunis, les 28 novembre et 7 décembre à partir de 19h au cinéma « Le Colisée » à Tunis;
  • A Sousse, le 6 décembre à partir de 16h30 au Centre culturel;
  • A Sfax, le 7 décembre à 16h30 à la Maison de la Culture « Ibn Mandhour» et le 8 décembre à la même heure au Complexe culturel « Jamoussi ».

D’une durée d’1h39mn, « Les Hommes libres » a pour cadre Paris occupé en 1942 par les Allemands. Le personnage principal, Younès, est un jeune émigré algérien qui vit de trafics et du marché noir. Arrêté par la police française, le jeune voyou accepte, sous la contrainte, d’espionner pour leur compte à la Mosquée de Paris.

La police soupçonne en effet les responsables de la Mosquée de Paris, dont le Recteur, Si Kaddour Ben Ghabrit, de délivrer de faux-papiers à des Juifs et à des résistants.
A la mosquée, Younès rencontre le chanteur d’origine algérienne Salim Halali. Touché par sa voix et sa personnalité, Younès se lie d’amitié avec lui. Il découvre rapidement que Salim est juif.

Malgré les risques encourus, Younès met alors un terme à sa collaboration avec la police. Face à la barbarie qui l’entoure, Younès, l’ouvrier immigré, presque illettré et sans éducation politique aucune, se métamorphose progressivement en militant de la liberté…

Autant par le sujet qui évoque le rôle méconnu de la communauté musulmane dans les réseaux de la Résistance face à la barbarie nazie que par l’époustouflante performance de ses deux principaux comédiens, Tahar Rahim et Micheal Lonsdale, le film mérite le détour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here