Le groupe CIC rate l’opportunité de diriger la Banque de Tunisie

La BFCM ( Banque Fédérative Crédit Mutuel) du groupe CIC vient de se faire rafler, sous le nez, les 13,1% d’actions de la Banque de Tunisie détenus jusqu’à présent par l’État tunisien, après l’ouverture publique des plis, le lundi 19 novembre 2012, suite à la conclusion de la procédure de cession en appel d’intérêt.

En effet, possédant déjà 20% des actions de la Banque de Tunisie, la BFCM, qui aurait pu obtenir le bloc des 13,1% de parts mis en cession par appel d’offres, s’est vue doubler sur le fil par «  Royal Luxembourg », un Fonds d’investissement italo-luxembourgeois, qui a raflé la mise en proposant 107 millions d’euros (l’équivalent de 217 millions de dinars) et devançant ainsi, l’offre de 204 millions de dinars de la BFCM (Groupe CIC).

L’acquisition ratée de ces 13,1% d’actions aurait pu lui donner une majorité relative (20% + 13,1%) qui lui aurait permis d’obtenir le contrôle et la direction de la Banque de Tunisie !

Était-ce une erreur stratégique, un excès de confiance ? Ou est-ce que le fonds « Royal Luxembourg » (qui était bien conseillé) a été le plus malin en cachant son jeu et son intérêt pour cette opération, évitant notamment de venir à la Bourse étudier de près le dossier ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here