Semaine du 12 au 14 Novembre 2012

ENNAKL ouvre le bal

La première cession des biens de la famille du Président déchu a été réalisée, près de deux ans après la révolution. Il a fallu passer par plusieurs étapes, essentiellement d’ordre juridique, pour lancer l’appel d’offre dont le résultat a été annoncé vendredi soir. C’est le consortium Poulina-Parenin (Groupe Amen) qui a été déclaré vainqueur. Il s’accapare, ainsi, 60% du capital d’ENNAKL après avoir offert 12,850 DT par actions, soit près de 238,000 MDT. A noter que le Groupe Poulina détient déjà 5% du capital d’ENNAKL, via sa filiale « la Société Partner Investissement » et est représenté dans le conseil d’administration du concessionnaire automobile.

Côté prix, la majorité de la Place financière, y compris nous, attendait plus. Il s’agit du leader des concessionnaires automobiles en Tunisie, avec une part de marché qui frôle le plafond réglementaire de 20%. La société détient des participations boursières importantes dans l’ATL (10,67%) et dans Attijari Bank (2,29%), soit un placement de plus de 23,522 MDT (sur la base de la valeur boursière de ces titres). De plus, et au 30 juin 2012, la trésorerie nette d’ENNAKL s’est établie à 87,223 MDT. Ensemble, cela vaut environ 3,700 DT/action. Donc, l’activité technique de la société a été valorisée en tout à 9,150 DT, y compris la prime de contrôle, sachant qu’il s’agit du concessionnaire de Volkswagen, SEAT, Audi et Porsche ! A notre avis, les évènements  du dernier mois expliquent cette décote par rapport à nos estimations, bien qu’elle soit en ligne avec son cours boursier (12,800 DT). La décision de la Banque centrale de Tunisie de limiter les crédits à la consommation et la réduction des importations des biens de luxe, incluant les voitures, ainsi que les rumeurs qui ne cessent de parler de l’abandon du système de quotas ont, certes, affecté la valorisation finale d’ENNAKL. Il y a également les considérations relatives aux tensions sociales dans la société, avec les grèves du personnel qui exige la titularisation et l’obtention de certains avantages. Nous restons maintenant en attente de l’annonce du plan de développement par les vainqueurs et du schéma de financement utilisé par eux pour acquérir la société (dette bancaire ? fonds propres ?). Nous attendons de voir, également, les conséquences de cette cession sur le management, et si l’équipe actuelle sera remplacée ou reconduite.

Des décisions importantes doivent être prises dès les prochaines semaines. D’abord, concernant l’augmentation de capital de l’ATL, dont la souscription va commencer le 26 novembre 2012. Si les nouveaux acquéreurs décident de suivre cette opération, ils doivent mobiliser 5,440 MDT. Nous ne sommes pas sûrs que l’ATL entrerait, dorénavant, dans le calcul des nouveaux propriétaires, car le Groupe Amen est l’actionnaire de référence du groupe Tunisie Leasing. A notre sens, une sortie d’ENNAKL du capital du loueur est plus que probable. Une telle décision aura des conséquences commerciales importantes pour l’ATL qui développe de fortes synergies commerciales avec le concessionnaire, mais drainerait un flux commercial important pour Tunisie Leasing. De même pour la participation dans Attijari Bank puisque les nouveaux acquéreurs sont les principaux actionnaires d’Amen Bank.

Dans tous les cas de figure, le consortium a réalisé un coup de maître en s’offrant une machine à cash à ce prix. Pour PGH, c’est un nouveau pôle d’activité pour une holding qui souffre de la chute libre de son activité en Libye, notamment au niveau de ses marges (reste à vérifier le poids de PGH dans ce consortium pour déterminer l’impact d’intégration des comptes d’ENNAKL dans le bilan de la holding). Le management de PGH a annoncé, depuis deux années, qu’il est en train d’étudier la possibilité d’attaquer de nouvelles activités dans le cadre de son plan de développement. L’acquisition d’ENNAKL est l’une des opérations qui entre dans ce cadre. Pour le Groupe Amen, c’est également une nouvelle ligne de métier, mais qui peut bénéficier de fortes synergies avec les sociétés présentes dans le groupe.

Maintenant, et avec la fin du feuilleton ENNAKL, les investisseurs se tourneraient vers ceux de la Banque de Tunisie et de Carthage Cement. D’ailleurs, ce dernier titre a enregistré le volume d’échanges le plus important cette semaine. Côté valeurs, STEQ continue de récupérer ses pertes et s’offre la première place du podium avec une hausse de 5,47% à 8,490 DT. Le titre devance SPDIT-SICAF (+3,42% à 7,250 DT) et ALKIMIA (+2,71% à 38,610 DT). A l’autre bout du spectre, figure SIPHAT qui a perdu 5,74% de sa valeur à 11,500 DT.

SOMOCER, augmentation de capital

Le Conseil d’administration de SOMOCER a convoqué ses actionnaires en Assemblée Générale Extraordinaire pour approuver une augmentation de capital par voie d’incorporation de réserves, et ce par la création et l’émission de cinq cent quatre vingt douze mille neuf cent (592 900) actions nouvelles, à attribuer à raison d’une (1) action nouvelle gratuite pour quarante cinq (45) anciennes. Ces actions porteront jouissance en dividendes à partir du 1er janvier 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here