« Hommage à la Tunisie », une exposition rétrospective d’Ali Zenaïdi

Plus de 150 œuvres de l’artiste peintre Ali Zenaïdi, couvrant la période 1975-2012 seront exposées, vendredi 9 novembre 2011, à partir de 16h, au musée Kheireddine, rue du Tribunal, Tunis-Médina.

Pratiquant la peinture, le pastel et le dessin depuis son jeune âge, Ali Zenaïdi était professeur d’enseignement artistique du secondaire, tout en animant des clubs de peinture, notamment le club Dante Alighieri, où il a formé plusieurs jeunes et moins jeunes peintres.

Un mouvement unidimensionnel  prônant la lettre arabe comme élément essentiel dans la composition de l’œuvre picturale

En quittant l’Ecole des Beaux-Arts en 1974, Zénaïdi et les peintres de sa génération intègrent une scène artistique en pleine évolution, animée par Naceur Ben Cheickh, Néjib Belkhoja, Lotfi Larnaout, A. Fehri, etc. Ensemble, ils ont fondé le

mouvement unidimensionnel qui prône la lettre arabe comme élément essentiel dans la composition de l’œuvre picturale. Les plasticiens tunisiens ont accueilli ce mouvement dans un souci d’authenticité.

Créativité, patrimoine et authenticité

Zénaïdi essaya plusieurs modes de composition dans son œuvre, s’inspirant des tapis berbères, des mergoums du Sud tunisien et de l’architecture traditionnelle. Il réalisa des structures composées de carrés où il mêle signes, symboles, faune, flore, bijoux, architecture, etc.  Il ne recule pas devant son désir de dessiner des paysages impressionnistes, des chevaux, des scènes de la Médina, mais la majeure partie de son œuvre est constituée par cette peinture abstraite où dominent la forme pure, les signes et l’architecture.
Le peintre est toujours en quête d’une expression personnelle qui réponde à la problématique du patrimoine et de l’authenticité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here