Chédly Ayari : « Le marché alternatif, une solution adaptée à la PME tunisienne »

Comme annoncé dans notre article mis en ligne le 1er octobre 2012, M. Chédly Ayari, gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, a fait une intervention particulièrement remarquée par sa pertinence conjoncturelle, lors de la journée inaugurale du premier salon de la Bourse et des services financiers « Investia » qui s’est tenu au palais des congrès de Tunis. Cette manifestation qui a eu un franc succès, aussi bien de par le niveau des intervenants que celui des invités, était ouverte essentiellement aux experts et professionnels de la finance et des transactions boursières. Nous reprenons ci-après, pour nos lecteurs, l’ensemble des points relevés dans l’intervention du gouverneur de la Banque centrale : 

Innovation et ingénierie financière pour une offre renouvelée et diversifiée

« Je prends part, avec un vrai plaisir, à ce premier salon de la Bourse et des services financiers qui constituera un évènement phare dans la promotion du marché des capitaux et des sources de financement alternatives. C’est ainsi un lieu privilégié de rencontres et de débat entre les acteurs, les entreprises et les autorités.

Permettez-moi, tout d’abord, de mettre en exergue les efforts des initiateurs de cette manifestation qui ont mis en avant le thème du financement de l’entreprise tunisienne par le marché. A mon sens, cela revêt une importance capitale en ce moment particulier où l’environnement des affaires connaît des mutations profondes en cette période de transition démocratique.

Ce thème devra, sans doute, contribuer à tracer les voies optimales d’un financement sain et judicieux de l’entreprise et à mieux orienter les ajustements engagés en vue de hisser notre système financier à un palier supérieur de développement.

Il n’échappe à personne que le marché financier, dans son ensemble, constitue un vecteur de choix de mobilisation de l’épargne longue que toute économie devrait encourager afin d’assurer un financement sain et durable de son développement.

Un cadre juridique adéquat et continuellement enrichi avait été initié et hissé au niveau des standards internationaux

Aussi, il y a lieu de rappeler que les autorités tunisiennes  avaient conduit avec optimisme un train de réformes visant à hisser le cadre conceptuel au niveau des standards internationaux à travers notamment la mise en place d’un cadre juridique adéquat et continuellement enrichi, pour permettre un financement sain et une protection optimale de la petite épargne.

L’objectif recherché était la mise en place de modes de financement alternatifs complétant les instruments bancaires susceptibles de renforcer la mobilisation de l’épargne longue et d’améliorer son allocation pour la satisfaction des besoins évolutifs des investisseurs.

Mais la contribution du marché financier dans le financement de l’économie est restée faible et peu diversifiée         

Cependant, en dépit des efforts louables déployés de la part des autorités, force est de constater que la contribution du marché financier dans la mobilisation de l’épargne et dans le financement de l’économie est demeurée marginale et bien en-deçà des attentes des réformes engagées.

En effet, le mode de financement de l’entreprise reste dominé par les crédits bancaires (ou de leasing) fortement assurés par des ressources volatiles et tributaires de la disponibilité de garanties réelles. Cette situation n’a pas manqué d’aggraver la fragilité de l’entreprise et d’entraver, par la même, le développement tant souhaité du marché financier.

Le point quant au résultat mitigé constaté  

Afin d’aborder la question de la complémentarité entre le financement bancaire et  le marché et le rôle joué par ce dernier, il convient de dresser un bref diagnostic de la situation actuelle dudit marché qui ne peut que nous éclairer quant aux résultats mitigés réalisés jusque là :

1.
Bien qu’elle ait connu un accroissement appréciable (près de 11% en 2010), la contribution du marché financier dans le financement de l’investissement privé demeure très faible par comparaison aux marchés semblables. De plus, la levée de fonds sur le marché est restée l’apanage quasi exclusif des établissements financiers notamment sur le compartiment obligataire ;

2. En dépit d’un accroissement quasi-continu depuis 2004, la part de la capitalisation boursière dans le PIB (23%) est demeurée faible et nettement en-deçà du niveau atteint dans certaines bourses comparables (près de 110% sur la Bourse du Caire et 80% en moyenne sur la Bourse de Casablanca) ;

3. La forte présence du secteur financier qui accapare plus de 50% de la capitalisation boursière pourrait être à l’origine de l’éviction des entreprises qui sont réticentes à se soumettre à une compétition avec des institutions financières soumises à des règles de transparence et de gouvernance strictes et qui peuvent, par conséquent, faire face facilement aux exigences du marché ;

4. En dépit des diverses incitations à l’introduction en Bourse, le marché demeure peu profond, faiblement diversifié et peu représentatif du tissu économique tunisien ; le nombre d’entreprises cotées n’est actuellement que de 59 sociétés contre 42 unités en 2000. De même, le marché alternatif censé encourager l’introduction en Bourse à des conditions moins contraignantes ne compte actuellement que quatre sociétés ; étant précisé que les groupes d’affaires sont pratiquement absents sur la cote.

Absence d’ingéniosité et d’innovation en matière de diversification de l’offre

Concernant les caractéristiques des titres émis sur le marché, il faut reconnaître que l’entreprise tunisienne n’a pas fait preuve d’ingéniosité ou d’innovation en matière de diversification de l’offre qui est demeurée basique et concentrée sur les produits classiques.

Enfin, faut-il reconnaître que la réticence de l’entreprise à recourir au marché financier pour assurer son développement renvoie à des facteurs de blocage nés de l’environnement des affaires caractérisé essentiellement par un recours facile au financement bancaire, un manque de transparence et un mode de gestion familial généralement caractérisé par l’absence d’une vision stratégique et la hantise de partage du contrôle.

Il est impératif de tendre vers une dynamisation du marché financier

Dans une économie d’endettement, comme la nôtre, le financement bancaire a toujours été indispensable pour les entreprises.

La dynamisation du marché financier passe impérativement par une révision profonde de ce mode de financement du moins pour certaines entreprises grandes consommatrices de crédit et ce afin de le limiter à un financement relais ouvrant la possibilité d’accéder à d’autres alternatives de financement mieux adaptées.

Il s’agit essentiellement des entreprises performantes qui ont réussi à passer avec succès le cap de l’implémentation et les premières phases de développement.

La banque devrait sortir de son rôle classique et pourrait s’imposer dans un rôle de conseiller en gestion des ressources

Pour parler de la complémentarité banque-marché financier, n’y a-t-il pas lieu d’évoquer le rôle du secteur des banques ?

Dans ce cadre, la banque pourrait jouer pleinement le rôle de conseiller en gestion des ressources, en financement du développement en plus de son rôle classique du financement du cycle d’exploitation.

C’est dans cette configuration que l’entreprise peut optimiser son schéma de financement et allouer d’une manière judicieuse et optimale les ressources disponibles.

De même, c’est dans cette optique que la banque pourrait jouer son rôle de meilleur promoteur du marché financier en amenant les entreprises à faire preuve d’une plus grande transparence et en adoptant une stratégie de vérité des prix en matière de facturation du risque par la révision des marges qui devraient être déterminées sur la base d’une évaluation réfléchie du risque et non pas sur la qualité des garanties disponibles.

De nouveaux outils d’aide à la décision pourront aider les banques à évaluer leurs risques et permettre aux entreprises d’accéder au marché financier 

Ceci étant, la Banque Centrale de Tunisie a, pour sa part, engagé d’importantes mesures visant à redresser la situation du secteur bancaire et permettant de rompre avec les mauvaises pratiques qui n’ont pas conduit au développement de ce secteur et du secteur financier en général.
Parmi ces mesures il y a lieu de citer celles ayant trait à la refonte de la gouvernance des institutions bancaires pour permettre de renforcer les bonnes pratiques de gestion des risques et d’impulser davantage le recours au marché.

La BCT peut également jouer un rôle dans l’aide à la décision des banques à travers le projet de la mise en place d’un système de notation des entreprises devant aider les banques à évaluer leurs risques et aux entreprises d’accéder au marché pour demander des financements directs en parallèle au financement classique.

Ce système de notation pourra ainsi remplacer la garantie bancaire exigée actuellement dans le cadre de l’émission des emprunts obligataires par les entreprises et représenter ainsi une garantie supplémentaire pour les intervenants sur ce marché.

Tendre vers une nouvelle orientation du schéma de financement de l’entreprise et son développement

Partant de la réalité de l’entreprise tunisienne qui se caractérise par une sous-capitalisation et un surendettement souvent à court terme (sous forme de découverts) et sur la base d’une amélioration attendue de l’environnement des affaires conjuguée avec le changement d’attitude des responsables des entreprises et des banques, n’est-il pas permis, aujourd’hui, d’espérer une nouvelle orientation qui porte sur le redressement et le rééquilibrage du schéma de financement de l’entreprise et son développement sur des bases saines et durables ?
En outre et afin de garantir sa pérennité, l’entreprise gagnerait à explorer les meilleures opportunités de financement disponibles en s’assurant le concours des conseillers en la matière et en explorant les diverses alternatives offertes.

C’est dans cette optique que les actionnaires devraient percevoir avec conviction le recours au marché comme un label de performance et de haut niveau de management.

Le marché alternatif pourrait constituer une solution adaptée aux spécificités de la PME tunisienne

L’entrée au marché doit à ce titre être intégrée dans tout schéma stratégique de financement de toute entreprise qui cherche la performance et la pérennité selon un arbitrage rationnel entre toutes les sources de financement.

Sur un autre plan, la diversité des produits disponibles sur le marché financier est capable de satisfaire tous les besoins de l’entreprise, notamment la PME, tout au long de son cycle de vie partant de la sortie du capital risque, au financement de son expansion et allant jusqu’à la facilitation de sa transmission.

A ce titre, le marché alternatif pourrait constituer une solution mieux adaptée aux spécificités de la PME tunisienne en lui offrant la possibilité d’accéder au marché à des conditions  moins contraignantes tout en étant assistée par un « listing sponsor » appelé à piloter le processus de levée de fonds et d’introduction, à conseiller l’entreprise et à garantir le respect de ses engagements.

Pour une offre renouvelée et diversifiée

Par ailleurs, le financement bancaire des entreprises, souvent adossé à des ressources monétaires fortement volatiles, pourrait être relayé par un soutien au financement direct de la part des banques à même d’équilibrer leur structure financière et de régénérer leurs ressources par la mise en Bourse de l’entreprise. C’est là que réside, à notre avis, la complémentarité banque-marché en matière de financement.

Dans ce processus, une place de choix devrait être accordée à l’innovation et à l’ingénierie financière, afin de générer une offre renouvelée et diversifiée de produits sur le marché, condition nécessaire à l’attraction d’une épargne longue utile et profitable aux secteurs productifs et aux investisseurs.

Enfin et pour conclure, nous croyons fermement que les deux modes de financement ne s’opposent pas mais se complètent ; les banques ont, en effet, tout intérêt à repenser leur stratégie pour amener les entreprises et les groupes d’affaires performants à recourir au marché financier en exploitant la panoplie de produits offerts. Ce recours devrait être perçu par l’entreprise comme synonyme de grande ambition, de transparence et de totale confiance. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here