Moez Joudi nommé consultant en Gouvernance

Moez Joudi vient d’être nommé consultant en gouvernance par la Banque mondiale, une reconnaissance de plus pour nos compétences tunisiennes par les instances internationales. Moez Joudi qui a affirmé sur les ondes radio, ne faire parti d’aucun clan ni d’aucun parti politique, n’a pas sa langue dans sa poche et a des idées (de droite) bien arrêtées quant à la situation économique du pays. Il préconise entre autres, la séparation des pouvoirs et qu’éthique et transparence doivent être les mots d’ordre pour la période à venir. Moez Joudi est Expert international en gouvernance et universitaire.

 À cheval entre Tunis et Paris, Moez Joudi est enseignant-chercheur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne depuis 2007, professeur visiteur à BEM (Bordeaux Ecole de management) et à l’ESCEM (École supérieure de commerce et de management de Tours-Poitiers). En Tunisie, il est vice-président de l’Institut tunisien des administrateurs (ITA), professeur-visiteur à l’IHET (Institut des hautes études de Tunis) et Directeur général de FORMAPRO, son entreprise de formation.

Voici sa première déclaration exprimée sur les réseaux sociaux:
« Fier d’être recruté par la Banque mondiale comme Consultant en gouvernance sur la région Afrique et Mena! Et encore plus fier que ma première mission porte sur la Tunisie! Un grand travail, mais oh combien utile et valeureux m’attend! »

Les alternatives proposées par la gauche ne sont pas bénéfiques pour le pays!

 Lors de ses premières déclarations politiques, après cette nomination, il n’a pas manqué de fustiger la gauche en la responsabilisant quant à la décadence de la situation économique de la Tunisie qui est due, selon lui, au climat social et aux grèves sauvages: « je constate avec stupeur et effroi, une montée spectaculaire des forces populistes et extrêmes gauchistes, avec en tête, Hamma Hammami et Chokri Belaid! Avec tout le respect que j’ai pour leurs combats, je ne pense pas que les alternatives qu’ils proposent soient bonnes pour le pays ! »

En cherchant à aller plus loin dans sa caricature, il affirme haut et fort: « qu’à titre de rappel, c’est à cause d’eux que nous avons eu ce cheminement catastrophique de la Constituante et c’est à cause d’eux (à l’origine) que nous vivons aujourd’hui une faillite économique! Les grèves sauvages, ce sont eux! Le climat social désastreux, ce sont eux! Les revendications irréalistes et la destruction des entreprises publiques, ce sont eux ! N’ayons pas la mémoire courte S.V.P! »

 Même Che Guevara a été cité le jour de l’anniversaire de sa mort

 Moez Joudi n’a pas non plus omis de faire référence à l’histoire et à Che Guevara, en rajoutant: «  Che Guevara, dont nous célébrons l’anniversaire de sa mort aujourd’hui, a été une vraie légende et surtout un très bon révolutionnaire, mais un très mauvais ministre! Il l’a reconnu lui même après un peu plus d’une année à la tête du ministère de l’Industrie qu’il a complètement anéanti! Et c’est bien cela, le problème des révolutionnaires et des forces de l’extrême gauche! Ce sont de bons destructeurs, mais jamais de bons constructeurs! Che Guevara l’a reconnu lui même, espérons que les nôtres feront aussi la part des choses de leur propre gré et laisser, à un moment donné, les hommes d’État et les compétences nationales, gérer la reconstruction de ce pays! »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here