Les chauffeurs de la TRANSTU paralysent le trafic public

Le cauchemar des grèves continue pour toucher cette fois-ci le secteur du transport urbain du grand Tunis.

En effet, les chauffeurs des bus et du métro de la TRANSTU ont décidé, depuis mardi 9 octobre dans l’après-midi, d’observer une grève ouverte, paralysant par conséquent tout le trafic public.

Ce sont encore une fois les utilisateurs (employés, scolaires,…), abonnés et non abonnés, qui sont pris en otage, au motif cette fois d’un banal accident de la route entre un chauffeur de bus de la Transtu et un conducteur.

Selon le secrétaire général du syndicat de la Transtu, Mannoubi Mbarek, « un mandat de dépôt a été émis à l’encontre de leur collègue, suite à une collision avec une voiture.» Ainsi, les agents de la Transtu revendiquent la libération de leur collègue, qui aurait été « agressé et humilié par un haut responsable du ministère de l’Intérieur et son épouse qui l’accompagnait. L’arrestation aurait en conséquence été précipitée, sans passer par la moindre enquête sur les circonstances de l’accident ».

Une question se pose alors d’elle-même: que devient l’intérêt national et où en est-on dans l’obligation de service public minimum en Tunisie?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here