Limogeage du Premier ministre

Le parlement libyen a adopté, le soir du dimanche 7 octobre 2012, une motion de censure contre le Premier ministre Mustapha Abou Chagour, bien qu’il soit considéré comme le candidat du compromis, acceptable à la fois pour les libéraux et les islamistes.

Cette démission a eu lieu suite au rejet par l’Assemblée nationale d’un nouveau cabinet, trois jours après une motion de censure des députés.

En effet, selon la télévision libyenne, 125 membres de l’Assemblée libyenne ont refusé d’accorder leur confiance au «gouvernement de crise» proposé, contre 44 voix favorables et 17 abstentions.

Ainsi, après deux rejets successifs de propositions de gouvernement, l’Assemblée, doit élire ou désigner un nouveau chef de gouvernement.

En attendant la nomination d’un nouveau Premier ministre, le gouvernement libyen demeurera entre les mains de l’Assemblée législative.

Selon l’Agence française de presse (Afp), le Premier ministre démis, issu du plus vieux mouvement d’opposition contre Kadhafi, qui avait été élu après la chute du dictateur, Mouammar Kadhafi, l’an dernier, a tenté dimanche dernier sa dernière chance, après le rejet jeudi 4 octobre 2012 d’une première proposition. Ainsi, quelques minutes avant le vote, il a proposé un «gouvernement de crise» restreint à dix ministères, affirmant avoir privilégié la compétence à d’autres considérations géographiques ou politiques.

Le Congrès général national devrait nommer un autre Premier ministre dans les prochaines semaines. Le nouveau chef du gouvernement aurait la responsabilité de remettre sur pied l’armée et la police libyennes, en plus de supprimer les importantes poches de résistance qui subsistent en faveur de l’ancien régime.

En somme, le nouveau Premier ministre libyen devra faire face à une tâche vraisemblablement ardue, celle de former un gouvernement représentatif des régions et des diverses tendances, dans un pays, qui fait face à de grands défis de sécurité face à la multiplication des milices armées et dont les frontières jouxtent notre pays, la Tunisie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here