398 sociétés de participation et 400 propriétés confisquées

Biens confisqués

Environ 398 sociétés de participation, 400 propriétés et plusieurs autres biens appartenant à des proches de l’ancien président Ben Ali ont été identifiés par la commission de confiscation, a annoncé lundi 24 septembre 2012, Najib Hnane, le président de cette commission. Ces biens auraient une valeur estimée à 13 milliards de dollars, selon les révélations du ministre des Domaines de l’Etat et des affaires foncières, Slimen Ben Hmidane.

Lors d’une rencontre des membres de la commission et du ministre des domaines de l’Etat et des affaires foncières avec le président de la république Moncef Marzouki, Najib Hnane a précisé qu’« il existe d’importants avoirs financiers provenant de la corruption placés l’étranger et dont les propriétaires ont des liens financiers avec des réseaux mafieux internationaux basés principalement en Europe ».

Dans ce sens, le ministre Ben Hmidane, annonce que la commission de gestion des biens confisqués s’attelle actuellement à la préparation d’une exposition vente, début novembre 2012 à Gammarth, tout en confirmant l’idée de « complicité d’une mafia avec des ramifications à l’étranger », et en ajoutant que parmi les trouvailles confisquées, il y a de la drogue, des passeports étrangers, une ceinture explosive et des cachets de douane .

Une commission chargée de l’affaire de liquidation des biens du rassemblement constitutionnel démocratique (Rcd-dissous) a également identifié, dans un premier inventaire, prés de 1830 propriétés actuellement exploitées par le ministère de l’Intérieur ainsi que certains gouvernorats.

Ces biens font actuellement l’objet d’une vérification dans la mesure où ils ne sont pas dans leur totalité propriété du Rcd.

Ceci dit, la commission de confiscation et le comité de contrôle relevant des Domaines de l’Etat poursuivent leur quête des biens et sociétés appartenant à Ben Ali, ses gendres et ses proches.

Le dossier des biens de certains journalistes, hommes politiques et syndicalistes ayant reçu des privilèges sous l’ancien régime, sera passé également au peigne fin. Puisque, le ministre des Domaines de l’Etat a noté que ce dossier « relève de l’agence foncière de l’habitat (Afh) qui assume la responsabilité de la cession, après modification de la vocation de plusieurs lotissements fonciers dont les jardins de Carthage et Ain Zaghouan ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here