Une facture légèrement « salée »

compteur électrique

La facture moyenne d’électricité d’un ménage tunisien s’alourdira de 2% et celle des entreprises et des grandes sociétés de 8%. Par contre, selon le ministre de l’Industrie, Mohamed Lamine Chakhari, cette hausse de la tarification, déjà entrée  en vigueur depuis le début du mois de septembre 2012, ne touchera pas les familles défavorisées dont la consommation ne dépasserait pas les 50 kilowattheures par mois et par logement.

Lors de sa récente intervention sur les ondes de la radio privée « Mosaïque Fm », le ministre a souligné que « cette manœuvre d’augmenter les prix selon les catégories entre dans le cadre de la stratégie de l’Etat d’améliorer le ciblage des familles nécessiteuses dans sa politique d’aide et de subvention.

En parlant de stratégie, le Pdg de la Steg, Ridha Ben Mesbah, a déjà annoncé, début septembre 2012, que « la société forme le projet de rééchelonner les impayés et les dettes non recouvrées au profit de plusieurs secteurs à commencer par le tourisme et les secteurs de production ». D’autant plus que, le montant des impayés s’élève à environ 410 millions de dinars,  fin  juillet 2012, enregistrant ainsi, une hausse de 30% par rapport à  la même période de 2011.

Notons que la régulation de la tarification de l’électricité et du gaz revient principalement aux déséquilibres budgétaires observés, en raison de la forte hausse des prix des hydrocarbures, des investissements élevés et surtout aux difficultés financières dont souffre la société.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here