Les dividendes arabes

DI1

En tenant compte des difficultés liées aux manifestations de ces derniers jours, le marché est revenu en mode prise de risques ces derniers temps, de sorte que les dividendes sont moins importants aux yeux des investisseurs. Il n’est néanmoins guère possible de dire qu’ils aient vraiment joué leur rôle de coussin de sécurité lorsque l’heure était plutôt à la panique. Le rendement prévu pour 2012 pour l’univers AlphaMena (82,322 Mds€ de capitalisation boursière) est de 4,96%.

 DI3

En termes historiques, le rendement prévu pour 2012 ne serait pas plus élevé que le rendement de ces cinq dernières années, oscillant autour de 5,0%. Au contraire, il s’agit d’une évolution négative dans la mesure où ces dernières années, le rendement courant prévu était plutôt proche des 5-5,3%. Il faut passer à 2013 pour observer ce niveau (paiement en 2014 le plus souvent) soit 5,27%. Hors secteur télécoms, la moyenne 2012 du rendement des dividendes s’inscrit en légère hausse de 16 pb à 4,07%. En se focalisant seulement sur les télécoms, premiers contributeurs aux dividendes de notre univers (47,6% du dividende global payé en 2012), le rendement moyen de 2012 augmentera légèrement de 10 pb à 6,32%, mais reste inférieur à celui de 2010 (6,45%). Avec l’absence de dividendes pour Mobinil (Alléger, Égypte) et Orte (Achat, Égypte), le secteur télécoms a perdu du poids durant ces dernières années (relativement à notre couverture), et la contribution aux dividendes versés par l’univers AlphaMena a chuté de 60% à 47,6%.

DI4

L’univers AlphaMena devrait payer 3,870 Mds€ de dividendes en 2012. Cinq entreprises au sein de cet univers de 80 entreprises paieront plus de 0,200 Mds€ de dividendes: Saudi Telecom (Achat, Arabie Saoudite), Maroc Telecom (Achat, Maroc), Orascom Construction Industries (Achat, Égypte), Telecom Egypt (Achat, Égypte) et Saudi Cement (Vente, Arabie Saoudite), dans l’ordre. En s’intéressant aux valeurs non financières, le rendement des FCF 2012 de 6,11% réussit finalement à couvrir le rendement des dividendes de 5,82%. Cela laisse environ 0,330 Mds€ de ressources supplémentaires avec lesquelles jouer en ce qui concerne les valeurs non financières arabes. Jusqu’à présent, il ne s’est pas passé grand chose au niveau corporate pour autant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here