Valorisations maghrébines

DI1

Penchons nous sur les valorisations maghrébines (Maroc et Tunisie). Il s’agit d’un univers de 63 sociétés avec une capitalisation boursière cumulée de 34,669 Mds€, en chute de 9,99% depuis le début de l’année, alors que l’univers AlphaMena, dans son ensemble, a gagné plus de 9% depuis le 1er janvier 2012. Même tendance sur le dernier mois, les valeurs maghrébines ont perdu 1,07%, dans un marché globalement haussier (+3,46%).

L’explication de l’écart de la performance avec l’ensemble de l’univers provient de la réapparition des craintes sur la solidité de la reprise de l’activité économique en Tunisie et sur les déceptions de plus en plus confirmées concernant la croissance de l’économie marocaine. En outre, le premier partenaire commercial du Maghreb, en l’occurrence l’Europe, reste en grande difficulté et la croissance ne semble pas encore à l’ordre du jour.

Les valeurs maghrébines se traitent avec une prime de 24% sur la base du PE 2012, alors que sur la base du rendement dividende 2012, cette prime se limite à 16% (ces primes étaient respectivement de 16% et 11% à la fin du premier trimestre 2012). Ces primes ne sont pas justifiées par la croissance des BPA, qui sont anticipées à 14,9% (la médiane étant à 11,3%) contre 23,5% pour l’ensemble de l’univers AlphaMena.

Le potentiel combiné des valeurs maghrébines reste relativement modeste à 8,8% vs. 24,5% pour notre univers, mais finalement positif puisqu’il était à -10,33% vers la fin du premier trimestre 2012. À la fin du mois de mars, le potentiel fondamental était négatif mais le momentum des cours était globalement favorable. Or aujourd’hui, où l’upside des valeurs maghrébines est devenu positif (+9,60%), le momentum des cours est profondément négatif. Un examen des points extrêmes de la fourchette du potentiel montre que les valeurs les moins chères restent les actifs de l’Etat tunisien, notamment les banques, alors que les sociétés les plus onéreuses sont, également, tunisiennes, en particulier Gif (Vente, Tunisie) (-55,1%) et Ubci (Vente, Tunisie) (-52,9%).

Après deux années d’anonymat, nous pensons qu’il est temps de jeter un coup d’œil sur les valeurs marocaines qui sont redevenues bon marché et la baisse des cours de ce début d’année (-12,5%) pour les investisseurs « audacieux » est un bon argument….(xls sur demande)

DI2

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here