Le club des valeurs tunisiennes avec un rendement supérieur à 3,4%

DI1

Au sein des 43 valeurs tunisiennes couvertes par AlphaMena et à la date du 14 septembre 2012, 13 titres (xls sur demande) affichent des rendements en dividende de plus de 3,4% en 2012, soit un retour supérieur (+/- 10 bp) aux rendements nets des BTA (échéance octobre 2013). C’est un univers qui pèse 3,572 MdsTND en termes de capitalisation boursière avec un rendement moyen de 4,29% en 2012 (vs 2,30% pour l’ensemble des valeurs tunisiennes) et potentiellement 4,45% en 2013 (vs 2,55% pour les valeurs tunisiennes). Ce groupe valait 3,190 MdsTND en 2009 et affichait un rendement d’environ de 3,68% (vs 2,65% pour les valeurs tunisiennes).

Sur le dernier mois, ce club a sous-performé l’ensemble des valeurs tunisiennes couvertes par AlphaMena, en accusant une perte de 3,42% (vs -1,43% pour notre couverture tunisienne). Néanmoins, sur les trois derniers, ce club a largement surperformé notre couverture tunisienne, en gagnant plus de 8% contre 2,00%. Depuis le début de l’année, ce sous-ensemble a fait presque le même parcours que l’ensemble des valeurs tunisiennes, une hausse autour de 2,80%. Ceci montre que la thématique d’investissement des dividendes n’a pas suscité l’engouement des investisseurs, aussi bien à la hausse qu’à la baisse, et qu’ils ont plutôt préféré les sociétés de croissance qui devraient tirer profit d’une reprise de l’activité économique en Tunisie, après le désastre de 2011. L’existence de six valeurs financières parmi ce club pourrait expliquer l’absence d’intérêt envers ce sous-ensemble. En fait, les investisseurs ont déserté les valeurs financières, puisque il y a des doutes croissants sur la qualité de leurs actifs et, donc, sur l’éventuelle baisse du coût du risque ce qui aurait un impact in fine sur la rentabilité de ces sociétés. D’ailleurs, nous pensons que le nettoyage des portefeuilles des prêts non-performants ne prendra pas fin en 2011 et que les comptes de 2012 devraient également subir les à-coups des provisions.

En revanche, ces inquiétudes ne concernent pas la plus grosse capitalisation de ce club, à savoir: Sfbt (Accumuler, Tunisie) (4,11% de rendement attendu pour 2012 et 2013). Le risque d’ajustement à la baisse des bénéfices ne devrait pas saisir le géant tunisien des boissons. D’ailleurs, les investisseurs qui regardent de près les rendements, apprécient la solidité et la récurrence du dividende de la Sfbt et le titre affiche une excellente performance de plus de 30% depuis le 1er janvier 2012.

Ces 13 titres se paient moins chers sur le base du PE 2012 12,8x vs. 18,9x pour notre couverture tunisienne. La croissance des BPA 2012 est exceptionnelle à 68,9% après les péripéties de 2011 avec une croissance des BPA à 46,4%. Le potentiel fondamental combiné de ce club reste extraordinaire à plus de 40%. Il est temps de voir de près le thème des dividendes…

DI2

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here