Maghreb vs. Moyen-Orient

DI1

L’analyse des performances sur une base géographique confirme qu’en dépit de la bonne résistance des valeurs tunisiennes (43 sociétés pour une capitalisation boursière combinée de 7,197 Mds€), la partie occidentale du monde arabe reste toujours en retard par rapport aux marchés moyen-orientaux. Le dernier mois pour le Maghreb (63 sociétés pour une capitalisation totale à 35,007 Mds€) fût triste, avec des pertes de 1,10% alors que le Moyen-Orient a repris des couleurs en gagnant 5,44%. La poursuite des péripéties pour les grandes valeurs marocaines (-1,16%) et l’accroissement des doutes en Tunisie (-0,89%) liés à la fragilité du contexte sociopolitique ont pesé sur les valeurs maghrébines. En revanche, les valeurs orientales arabes ont tiré profit du rebond des cours du pétrole et de la reprise des opérations corporate en particulier pour le marché égyptien.

Si nous prenons, comme base de comparaison, les cours au 31 décembre 2011, la situation s’inverse (-9,53% pour le Maghreb vs. +29,2% pour le Middle East). La bonne reprise des valeurs tunisiennes après un 2011 catastrophique était anticipée, mais la poursuite des difficultés pour les valeurs marocaines est devenue inquiétante. L’écart de performance au sein des deux pays du Maghreb pourrait être expliqué par le simple fait que la Tunisie est un pays de type recovery, après un 2011 catastrophique (croissance économique négative), alors que la Maroc (pays qui a marginalement connu des turbulences sociales l’année dernière) est entré depuis les trois dernières années dans une phase de croissance nulle et des niveaux de valorisation élevés. La situation du marché actions marocain est de plus en plus ennuyeuse, où les champions locaux qui avaient bénéficié au début de ce siècle du thème de la croissance en Afrique, sont désormais en grande difficulté.

En jetant un coup d’œil sur les valorisations, nous trouvons que le Moyen-Orient, malgré sa surperformance, offre toujours un potentiel intéressant du point de vue du fondamental bottom up. L’upside combiné des valeurs moyen-orientales s’élève à 36,0% (12,2% en mars 2012), alors que le Maghreb reste relativement modeste à 8,81% quoique en nette amélioration par rapport au début de l’année (-10,4% en mars 2012). Les valeurs maghrébines se traitent à 14,4x sur la base du PE 2012, soit une prime de 42,5% par rapport au Middle East. De même, les valeurs du Moyen-Orient sont plus attractives sur la base du rendement  5,51% vs. 4,27% en 2012).

Bref, pour que les valeurs maghrébines arrivent à récupérer leur retard, il faudrait que le Maroc se réveille, chose qui n’est pas du tout évidente, puisque les dernières nouvelles, aussi bien macros que microéconomiques, sont peu encourageantes. A suivre… (xls sur demande)

DI2

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here