Loi de finances 2013: taxe de 1% du chiffre d’affaires des compagnies aériennes

«Les compagnies aériennes réalisent des chiffres d’affaires importants, dans le transport des touristes. A cet égard, le gouvernement provisoire optera pour la mise en place d’une nouvelle taxe, qui sera appliquée sur ces chiffres d’affaires et dont les recettes serviront au renforcement des interventions du Fonds de développement du secteur touristique», a déclaré Elyes Fakhfakh, ministre du Tourisme, lors d’une visite effectuée à la Médina de Tunis.

La nouvelle taxe qui ne dépassera pas 1% du chiffre d’affaires des compagnies aériennes, sera introduite dans la Loi de finances 2013. Il s’agit de la promotion et du développement de cette activité.

Cette mesure concernera, dans une première phase, les compagnies aériennes, en attendant qu’elle soit généralisée pour englober les restaurants, les hôtels et tous les intervenants dans l’activité touristique.

Le responsable a indiqué que les compagnies aériennes seront informées de cette décision et des négociations qui seront entamées avec elles, puisque 70% de leurs chiffres d’affaires proviennent du transport de touristes. Pour cela, elles seront les premières concernées par le développement du secteur touristique et la conquête de nouveaux marchés.

A ce propos, la Tunisie est appelée, selon les dires du ministre, à conquérir de nouveaux marchés touristiques et a besoin de ressources financières additionnelles pour financer ses campagnes de marketing.

Toutefois, il est temps de concevoir de nouveaux mécanismes en matière de financement et d’impliquer le secteur privé et les parties bénéficiant des recettes touristiques.

L’endettement en point de mire

Le ministère du Tourisme projette de créer, dans les deux mois à venir, une société spécialisée dans la gestion des actifs des unités hôtelières qui souffrent de l’endettement. Le volume des dettes touristique dépasserait 1 milliard de dinars.

«Le problème de l’endettement dans le secteur touristique remonte à plus de 15 ans», a souligné M. Fakhfakh, ajoutant que «malgré les tentatives de résoudre ce problème, la situation reste inchangée, d’autant plus que le phénomène de l’endettement prend de l’ampleur».

En outre, les sociétés de recouvrement des dettes n’arrivent pas à remédier à ce problème. Pour cette raison, une étude a été menée de décembre 2011 à juin 2012 par le ministère du Tourisme en collaboration avec le ministère des Finances, la Banque centrale de Tunisie et la Banque mondiale.

Cette étude a permis de créer les sociétés auxquelles est confiée la tâche de gestion des actifs des unités hôtelières qui souffrent d’un fort endettement.

Ces sociétés auront de larges prérogatives dans le domaine du tourisme, en collectant des informations sur l’endettement du secteur, pour vérifier les dettes recouvrables et non-recouvrables et faire leur rééchelonnement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here