Conseils d’administration des banques tunisiennes

Les conseils d’administration des banques tunisiennes ont désormais de quoi occuper leurs journées, les mesures à prendre pour sortir de la crise de 2011 avec les moindres dégâts sont imminentes.

Depuis le déclenchement de la révolution en janvier 2011, les décisions prises jusqu’à présent sont timides et manquent terriblement de créativité. Cependant, pour l’année en cours, les administrateurs seront amenés à prendre des décisions aussi complexes que désagréables. Les premiers signes sont toutefois décevants, avec des décisions qui sont prises dans une optique court terme. Les chiffres derrières les mandats des membres des conseils d’administration des banques incitent à l’humilité et soulignent la nécessité d’établir des directives claires et décisives pour les Pdg. Une nouvelle posture attentiste serait difficilement digérable par le marché.

Les 10 banques tunisiennes couvertes par AlphaMena affichent des effectifs cumulés de 17,060K de personnes. Cela représente environ 35% de l’effectif global des sociétés tunisiennes couvertes par AlphaMena, sachant que les banques comptent pour 44,5% de la capitalisation boursière totale tunisienne couverte par AlphaMena.

Ces 6,602 MdsTND de capitalisation boursière comprennent les 0,608 MdsTND d’augmentation de capital de ces cinq dernières années, ce qui est un bon critère pour confirmer que les actionnaires des banques tunisiennes n’ont pas du tout souffert durant ces dernières années (13,9% de ROE en 2008).

La taille moyenne des conseils d’administration est de l’ordre de 11 personnes (tout près de la limite légale de 12 personnes), avec un taux moyen d’administrateurs indépendants à 29,3% (ce taux a augmenté en 2012 en raison de la nouvelle instruction de la Bct exigeant la présence de représentants d’actionnaires minoritaires et d’administrateurs indépendants).

A notre sens, 11 membres ça reste toujours un nombre élevé pour prendre rapidement les décisions stratégiques essentielles de ces prochaines semaines. Qui devrait être présent? Les actionnaires (capitaux propres de 4,357 MdsTND, capitalisation boursière de 6,602 MdsTND et dividendes de  0,130 MdsTND)? Les clients (montant des prêts de 41,333 MdsTND, soit environ 55% du Pib tunisien)? L’Etat (imposition à hauteur de 0,160 MdsTND et pouvoir régalien d’attribution des licences bancaires)?

Notre pari est que la Bct aura le dernier mot autant pour la couverture des risques que la distribution des bénéfices et les recapitalisations. D’ailleurs, le dernier rapport du Fmi sur la stabilité financière en Tunisie exige le lancement de la part du régulateur du chantier de restructuration et modernisation des banques tunisiennes. Ainsi, les membres des conseils devront être dévoués à cette fonction et ne pas être accaparés par d’autres mandats.

C’est un mauvais présage que la population féminine moyenne des conseils d’administration bancaires ne représente  même pas 7%.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here