Valorisations arabes

Puisque le rythme des publications des chiffres du premier semestre 2012 commencent à s’intensifier et la tendance actuellement s’oriente plutôt vers la confirmation d’une croissance des BPA 2012 stable autour de 23-24%, il semble que les PE 2012 du marché se stabilisent également aux alentours de 11-12x et à 10,2x pour l’année suivante.

La stabilité des ratios de valorisation de notre univers s’explique par une performance atone lors des trois derniers mois (-1,64%) et d’un ajustement des bénéfices timides au vu de l’absence de visibilité sur le court terme, notamment en Égypte et en Tunisie, amenant les analystes à être peu propices à insérer des modifications importantes dans leur modèle.

Le sentiment du marché s’est davantage détérioré par rapport au début de l’année, en raison d’une instabilité sociopolitique qui perdure et des difficultés de l’Europe, premier partenaire commercial des pays arabes nord-africains.

En outre, ces craintes arrivent dans un contexte défavorable de prix du pétrole plus élevés et probablement le cas également des prix de l’alimentation qui pourraient avoir des effets négatifs si ces augmentations sont autre chose que des péripéties.

Séparément, les rendements des actions arabes dépassent les 5% (4,76% à la fin du deuxième trimestre 2012), tirés essentiellement par les télécoms. En excluant les opérateurs télécoms, le « yield » moyen baisse à 4,17%.

Ces niveaux de rendement restent importants et se sont améliorées depuis le début de l’année (4,494% en février 2012). Toutefois, les performances des titres en Bourse n’ont pas suivi la tendance positive des rendements, un peu comme s’il n’y avait pas/plus besoin pour les entreprises d’afficher des dividendes élevés pour attirer les investisseurs.

C’est probablement le fait d’une part de thésaurisation de la part des entreprises (notamment des banques) mais cela ressemble beaucoup à une normalisation des rendements des actions sur le front des dividendes.

Et  les niveaux actuels semblent suffisants dans tous les cas, comparés aux rendements offerts par les produits de taux, en particulier pour les pays du Maghreb.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here