Tunisie contre Maroc

Faire la confrontation entre la Tunisie et le Maroc revient à mettre en opposition un pays ayant connu une révolution en 2011 qui a fortement impacté son activité économique et une nation ayant choisi d’adopter des changements en douceur et donc de préserver ses fondamentaux économiques.

Un point commun entre ces deux pays nord-africains est leur forte dépendance envers l’Europe, une zone qui semble creuser sa propre tombe de jour en jour. D’un point de vue boursier, la place de Tunis a réussi à contenir ses pertes en 2011 et à amorcer une reprise exceptionnelle durant ce premier semestre 2012, alors que la Bourse de Casablanca durant ces deux dernières années a subi des pertes importantes (plus de 21% de pertes depuis le 31-12-2010). Curieux!

Cependant, jeter un coup d’œil aux PE permet de voir que la Tunisie (43 valeurs) continue de se payer avec une prime substantielle : 18,3x sur le PE 2012 contre 13,4x pour le Maroc (19 valeurs). Le PE moyen de l’univers de couverture d’AlphaMena (78 valeurs) est de 12,3x. Bien sûr, une partie de l’écart entre la Tunisie et le Maroc s’explique par des différences de pondérations sectorielles et les rythmes élevés de reprise des BPA affichés par la majorité des sociétés tunisiennes où leur capacité bénéficiaire a été fortement ébranlée par la révolution du jasmin.

Par ailleurs, en regardant les seules sociétés non-financières, la prime de la Tunisie s’élargit et se négocie à 25,8x les bénéfices 2012 (en hausse de 59,4%) contre 12,3x pour le Maroc (des BPA en légère progression de 3,30%). Les deux groupes affichent des taux de croissance disparates, avec une croissance de type « recovery » pour les valeurs tunisiennes (+120% en 2012) et une croissance qui touche à peine les deux chiffres (+10,5% en 2012) pour les sociétés marocaines, mais qui est le meilleur taux affiché sur les quatre dernières années.

Le potentiel fondamental de la Tunisie est négatif à -3,31%, mais en nette amélioration par rapport au dernier trimestre (-10% en  avril 2012) alors que le Maroc affiche depuis trois mois un upside positif à 10%.

En conclusion, les valeurs tunisiennes sont chères mais sont appréciées par le marché au vu de leur dynamisme confirmé durant cette dernière année et de leur petite taille, et les sociétés marocaines sont de plus en plus attractives d’un point de vue fondamental mais qui semblent susciter peu l’engouement des investisseurs en raison de leur profil de croissance modeste. (xls sur demande)

2 Commentaires

  1. Mais biensûr, sur le papier c’est toujours la Tunisie la meilleur et blablabla…pour les Tunisiens!!! Faut juste ouvrir sa télévision pour voir la réalité: la Tunisie emportait par la crise économique mondiale est couvert sous le doux nom de Révolution du Jasmin (en gros l’équivalent de la Grêce mais des pays arabes), une économie en berne, un chômage important (ils étudient tous bien pour tenir les murs), le Tourisme en grosse perte de vitesse depuis que les islamistes chassent par la violence les étrangers des plages et ferment par la force les bars, ventes d’alcools etc..Et surtout les investissements étangers ne faisant plus confiance à ce pays paralyser par les  troubles socioéconomiques. A l’inverse le Maroc avec ses problèmes offre plus de stabilité aussi bien politique, économique que sociétale et les investisseurs ne s’y trompe pas.
     

  2. C’est clair encore un article pour faire plaisir aux tunisiens mais sans intérêt, d’ailleur rien que le titre montre le niveau “maroc CONTRE tunisie” (c’est pas du foot) !!! ç’est pas sérieux pour une analyse. En plus le graphique avec de belles courbes sans légende ça sert à quoi?!!! Pour infos puisque le titre c’est bien Maroc contre tunisie, le gagnant est bien le maroc, seul pays arabes à avoir eu sa note standar’s poors augmenté à cause de sa stabilité lors de la crise des pays arabes….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here